Le parlement approuve la 2ème rectification à la loi de finances 2020

0
64


Les parlementaires nigériens ont approuvé, ce lundi 12 octobre, la deuxième rectification de la loi de Finances pour l’année budgétaire, portent ainsi le budget 2020 de l’Etat du Niger à 2.514,40 milliards F CFA contre 2.422, 33 milliards F CFA lors de la 1ère rectification, soit une augmentation de 3,80% en valeur relative.

Zeyna transfert argent bis

Le Ministre des Finances Mamadou Diop a rappelé que le budget général de l’Etat au titre de l’année 2020, qui a été arrêté initialement en recettes et en dépenses à un montant de 2.266,15 milliards de F CFA suite aux efforts du gouvernement visant à accroitre les ressources, a connu une première rectification qui a porté son montant, en recettes et en dépenses, à 2422,33 milliards de F CFA.
La poursuite de cette dynamique a permis d’engranger une fois de plus des nouvelles ressources ressources provenant de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). C’est ce qui a rendu nécessaire cette deuxième rectification du Budget 2020 pour se conformer aux dispositions de l’Article 48 de la loi organique relative aux loi de finances.
Abordant le contexte d’exécution du budget 2020, M. Mamadou Diop a indiqué que le scénario macroéconomique qui sous-tend le présent projet de loi de finances rectificative reste inchangé par rapport à celui retenu dans le cadre de la première loi de finances rectificative pour l’année 2020.
Sur la base des prévisions macroéconomiques révisées, la croissance pour l’année 2020 passerait de 6,9%  à 1%, soit une décélération de 5,9 points de pourcentage.

La crise de la COVID-19 provoquerait une hausse de l’inflation avec un taux moyen annuel qui ’établirait à 4,4%.
Ainsi, le solde global de la balance des paiements, initialement projeté pour un excédent de 44,9 milliards de F CFA pour l’année 2020, afficherait un déficit de 134,1 millirds de FCFA du fait de la
pandémie.
Au niveau des finances publiques, la crise aura pour impact une dégradation du déficit budgétaire, à travers des pertes de recettes fiscales et une augmentation des dépenses publiques.
En conséquence, le déficit budgétaire pour l’année 2020, projeté initialement à 2,7% du PIB, se dégrade pour se situer autour de 5% du PIB.
‘’Sur les prévisions annuelles de 2.422,33 milliards de F CFA, les réalisations provisoires de ressources du budget général de l’Etat à fin juin 2020 s’élèvent à 1.032,05 milliards de F CFA, soit un taux de 42,61%, les recettes internes recouvrées au cours de la même période s’établissent à 578,70 milliards, soit un taux de 54,72%. Les réalisations cumulées des ressources extérieures au 30 juin 2020
s’élèvent à 453,35 milliards de FCFA, soit un taux de 33,22%, et Le niveau d’exécution des dépenses du Budget général ressort à 34,62%’’, a fait ressortir le rapport de la Commission des finances et du
Budget.
Après le vote d’ensemble, le Ministre des Finances s’est dit heureux de ce vote massif en faveur dudit projet de loi, “ce qui  témoigne de l’appui de l’Assemblée Nationale au gouvernement qui ne se lasse pas de faire face aux difficultés que nous traversons au cours de cette année 2020”.
Il a remercié a cet effet les parlementaires, lesquels ont félicité le gouvernement pour l’effort fait par les régies financières, en ce que malgré la crise les recettes internes sont en hausse sensible.
M. Mamadou Diop de faire remarquer que “tout le monde croyait que cette année 2020, les recettes allaient fortement chuter, même le Gouvernement lors de sa 1ère  prévision, mais les efforts fournis ont permis de redresser la barres et on va continuer jusqu’à la fin de 2020”, s’est-il réjoui.

Notons toutefois que l’opposition parlementaire a voté contre ce projet de loi.

ANP





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici