Le président de Blois, toujours privé d’ascension, illumine la ligue de basket-ball

0
87



Paul Seignolle est un homme en colère. Le président de l’ADA, Blois, a violemment inculpé la Ligue nationale de basket-ball dans une interview accordée à La Nouvelle République jeudi. Au lendemain de l’annonce d’une saison blanche en Jeep Elite, le président du leader du Pro B a regretté de voir son équipe de promotion privée, en marge de l’épidémie de coronavirus. En 2018, Blois avait déjà été privé de la balade en Jeep Elite pour des raisons administratives.

Trahisons dans un gâchis pendant le vote

En tête du classement de deuxième division avant l’interruption, le leader blésois milite en vain pour l’établissement d’une montée et d’une relégation. Après un vote de club, la LNB a finalement annulé la saison. Un scrutin marqué selon Paul Seignolle par plusieurs pressions envers certains patrons de clubs.

“J’ai réalisé que dans le monde du basket, un certain nombre de personnes sont capables de retourner leurs vestes sans même défaire les boutons”, a expliqué le président de l’ADA Blois. «Nous avons été témoins de choses extraordinaires. Certains sont prêts à tout parce qu’ils ont subi des pressions ou ont menti. […] Tout pue. Je ne sais pas comment être comme ça. Mais ce jeudi, j’ai pu me regarder dans le miroir. Alain Béral ​​et Jean-Pierre Siutat sont de bons tacticiens, ils ont réussi à faire revenir les clubs Jeep Elite, peut-être en leur promettant des coupes européennes. “

Seignolle a subi des pressions par téléphone

Privé d’une ascension qui lui tendait les bras, le leader a également fait part de sa surprise concernant les qualifications en Coupe d’Europe. Dixième et malgré une saison décevante en Jeep Elite, Strasbourg jouera toujours la Ligue des champions en 2020-21, situation aberrante selon le leader de Blois. Mais ce n’est pas tout, Paul Seignolle a déclaré avoir reçu des menaces téléphoniques lui disant de ne pas trop parler avant le vote du LNB.

“Il y a quinze jours, j’ai été appelé et j’ai dit:” Président Seignolle, ce serait bien si vous ne parliez pas trop des votes, pour l’avenir de votre club. “C’est la deuxième fois que je subis ce genre de pression”, a poursuivi le Blésois. “Je ne vous dirai pas d’où ça vient, mais ce sont des gens qui ont évolué dans le monde du sport. C’était peut-être gentil vers moi mais ce n’est pas sain. “

“Déplacé” pour déposer un appel

Profondément déçu de l’évolution et du comportement de certaines personnes au cours de cette fin de saison très spéciale, Paul Seignolle a confirmé son intention de démissionner de son poste de vice-président de l’Union des clubs de basket-ball professionnels (UCPB), endolori par le “National League of the hack “et a précisé qu’il ne ferait pas appel à la justice pour contester la décision du LNB.

“Il n’y aura pas d’appel contre la décision. Ce serait inapproprié dans le contexte actuel, étant moi-même affecté par le Covid-19. Et je pense qu’ils n’attendent que cela, donc je ne leur donnerai pas ce plaisir, a conclu président de l’ADA Blois. J’espère juste que la saison prochaine, si nous sommes champions, la LNB ne trouvera pas d’autre moyen de nous empêcher de monter … Peut-être parce que le président a des cravates violettes et ce n’est pas dans les statuts! “

Trop c’est trop et Paul Seignolle espère désormais voir la liberté d’expression dans le basket français.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici