Le rugby français s’organise après la fuite d’un document qui pourrait bouleverser le calendrier mondial

0
124



La nouvelle a été bombardée vendredi soir. Comme l’ont révélé nos collègues de Rugbyrama, Paul Goze a réuni d’urgence les présidents du Top 14 et ceux du Pro D2 pour présenter aujourd’hui un document confidentiel qui pourrait tout changer dans les mois et les années à venir. Au programme: une révolution des calendriers nationaux et internationaux sur toute la planète qui pourrait profondément changer la donne. Et obligent ainsi le Top 14 et le Pro D2 à débuter éventuellement leurs saisons en janvier et non plus en septembre. World Rugby, qui gère le rugby mondial, prendrait effectivement les devants et imposerait ses conditions. Mais nous devons rester très prudents comme plusieurs sources nous l’ont confirmé.

Parce que c’est d’abord un document de travail remis à un membre de l’EPCR, qui gère les compétitions européennes, qui l’a ensuite transféré à ses membres, dont les Français. “Mais ce n’est pas une transmission officielle, nous a-t-on dit vendredi soir. En politique, parfois on fuit pour voir la réaction. Je pense qu’ils vont la recevoir …” “C’est encore un autre projet de modification avec de nombreux scénarios possibles, selon un autre proche du dossier. Il s’agit d’une tempête dans un verre d’eau. “” Si ce document de travail reste tel quel, ce n’est pas une bonne chose “, dit-on cependant. Mais quand ce projet pourrait-il être lancé? À partir de 2021? Il semble compromis selon ce qu’on nous a dit. Il faut plutôt se tourner vers 2023, mais pas avant, après la Coupe du monde organisée en France.

“Il y a plusieurs options et si le projet voyait le jour, il mettrait tous les championnats nationaux en même temps. Le pays le plus touché serait la France, avec le Top 14 et le Pro D2.” Mais au LNR, on estime qu’il y aura beaucoup plus de choses avant que ce projet ne démarre. “Nous avons la capacité de réagir”, assurons-nous fermement. “Il n’y a aucune chance que cela se produise l’année prochaine”, a expliqué un leader français. Les Français et les Anglais devraient donc aller au front et parler d’une seule voix après avoir communiqué aujourd’hui officieusement cette possibilité. Les ligues écriront également à World Rugby avant une rencontre déjà prévue le 15 juin sur les calendriers.

Une déclaration de guerre?

En revanche, un forçage du World Rugby, notamment de son vice-président Bernard Laporte, pourrait être mis en place afin d’organiser davantage de matchs internationaux en octobre-novembre, mettant ainsi fin aux tournées d’été, tandis que le Tournoi et le Rugby Le championnat pourrait être organisé à l’avenir aux mêmes dates, en mars-avril. Mais du côté français, on n’entend pas tout bouleverser d’un coup. Et de souligner: “Les propositions qui sont faites ne sont pas recevables telles quelles, sinon on met en danger nos championnats et on tue presque le rugby professionnel.” De l’extérieur, cependant, cela ressemble à une déclaration de guerre avec la volonté du World Rugby d’établir sa domination sur les ligues et les clubs …

Évidemment, selon nos informations, la LNR, à travers la voix de son président Paul Goze, a réagi en créant un groupe de travail composé des présidents du Top 14 et du Pro D2 pour réfléchir aux conséquences de ce que le rugby français a appris aujourd’hui. Parallèlement, la Ligue étudie les suites à donner à cette “éventuelle déclaration de guerre” dans les mois à venir. “Mais nous avons tout à fait la capacité de contrer cette position de World Rugby”, nous assure-t-on. Mais personne n’a l’intention de réagir de manière excessive aujourd’hui. Car encore une fois, cette montée d’adrénaline ne provient pas d’une transmission officielle de World Rugby.

Enfin, ces dernières semaines, nous avons beaucoup entendu parler de CVC qui a officialisé son partenariat avec Pro 14, réunissant des équipes celtiques, italiennes et sud-africaines, en attendant d’en faire de même lors du VI Nations Tournament. RMC Sport rapporte que les dirigeants de la LNR ont récemment rencontré des représentants du fonds d’investissement. Ce n’est pas la première rencontre entre les deux parties, mais “c’est dans le cadre de l’ECPR”, nous dit-on.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici