Le Sénégal réduit le couvre-feu et rouvre les lieux de culte

0
127



Publié le: Modifié:

Le président sénégalais a annoncé lundi l’assouplissement des conditions de l’état d’urgence mises en place pour lutter contre le coronavirus tout en prévenant que la maladie devrait continuer à circuler dans le pays pendant plusieurs mois encore.

“Apprenez à vivre en présence du virus.” C’est le message délivré lundi 11 mai aux Sénégalais par le président Macky Sall, qui a annoncé dans un discours télévisé un assouplissement des mesures restrictives adoptées contre le Covid-19.

Macky Sall a toutefois prévenu que le coronavirus devrait continuer à circuler dans le pays jusqu’en août voire septembre “dans le meilleur des cas”, d’où la nécessité “d’adapter (le) comportement individuel et collectif”.

“J’ai décidé d’assouplir les conditions de l’état d’urgence: à partir du mardi 12 mai 2020, le couvre-feu sera de 21h à 5h au lieu de 20h à 6h”, a-t-il déclaré, alors que des expressions d’impatience commençaient à émerger. dans le pays en situation d’urgence depuis le 23 mars.

Macky Sall a également annoncé la réouverture des lieux de culte, principalement des mosquées fermées pour des prières collectives au milieu du mois sacré du Ramadan dans un pays musulman à plus de 90%, et des églises chrétiennes.

Rapatriement de corps

Les marchés et les magasins contraints d’ouvrir seulement quelques jours par semaine n’auront qu’à fermer un jour pour le nettoyage. Les restrictions sur les transports publics seront également assouplies. L’école reprendra le 2 juin, mais uniquement pour les quelque 551 000 élèves des classes d’examens (CM2, 3ème, terminale) sur un total de 3,5 millions.

Macky Sall a également levé l’interdiction de rapatrier les corps des Sénégalais morts à l’étranger du Covid-19. Des dizaines de dépouilles ont été bloquées depuis plusieurs semaines, notamment en France, mais aussi ailleurs en Europe ou aux États-Unis.

La pandémie reste relativement contenue dans ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest. Le Sénégal a officiellement déclaré 1886 cas de contamination et 19 décès depuis le premier cas annoncé le 2 mars.

Les autorités ont pris soin de ne pas imposer un confinement total, ce qui est difficile à imaginer lorsqu’une grande partie de la population vit au jour le jour. Mais ils ont fermé les frontières, interdit les rassemblements ainsi que la circulation entre les villes, et imposé le port obligatoire du masque dans les services publics et privés.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici