Le verrouillage coûte au bureau de poste près de R800m de pertes – jusqu’à présent

0
180



Le verrouillage national a entravé la capacité du bureau de poste SA à générer des revenus, avec des pertes estimées à R798 millions fin mai.

Jeudi soir, lors d’un briefing à la commission du portefeuille du Parlement sur les communications, le conseil d’administration et la direction du bureau de poste ont brossé un tableau sombre de l’entité déjà en difficulté.

Selon le directeur financier par intérim Phehello Tsotetsi, la perte de revenus pour les cinq semaines du verrouillage initial (fin mars à fin avril) s’est élevée à 465 millions de rands. Le bureau de poste prévoit une perte de 333 millions de rands pour mai, ce qui porte le total des pertes estimées à 798 millions de rands. En extrapolant la tendance pour le reste de l’année, la Poste estime les pertes de revenus à 1,9 milliard de rands pour l’année, a déclaré Tsotetsi.

“La majeure partie des revenus provient des services postaux. Au cours de la première phase du verrouillage, cette partie des revenus a été dormante”, a déclaré Tsotetsi. Cela, conjugué aux pertes de l’exercice précédent, a créé un problème de pénurie de liquidités et une aggravation des pertes de revenus. La Poste dépend également de la circulation piétonne dans ses succursales, et le verrouillage a empêché cela. Le bureau de poste a soumis une demande d’aide financière au Trésor pour au moins remédier aux pertes de revenus, a-t-il ajouté.

Subventions sociales

La présidente du conseil d’administration, Colleen Makhubele, a déclaré que lorsque le nouveau conseil d’administration a été nommé à la fin de l’année dernière, il devait faire face aux principaux risques stratégiques et financiers. L’entreprise était en difficulté financière et avait des problèmes de continuité d’exploitation. La direction du bureau de poste a dû tenir compte de 180 constatations sur ses rapports signalées par le vérificateur général.

L’un des problèmes rencontrés par la poste était qu’elle ne rapportait aucun avantage à la distribution de subventions sociales. Au lieu de cela, le bureau de poste devait supporter des coûts directs et indirects, tandis que les banques commerciales étaient celles qui tiraient des revenus.

“Cela va à l’encontre du but même des objectifs du gouvernement de confier le projet à la poste via Sassa afin que l’argent puisse circuler au sein du gouvernement et être durable”, a déclaré Makhubele.

La Poste a également dû faire face à la question de la technologie obsolète et a pris du retard dans le commerce électronique, qui est revenu le mordre avec l’arrivée de Covid-19, a déclaré Makhubele.

Adjoint
Le ministre des Communications, Pinky Kekana, a déclaré que le ministère rencontrerait le
La poste la semaine prochaine ainsi que la Banque Postale pour régler le problème
SASSA et d’autres questions liées à la gouvernance pour stabiliser l’entité.



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici