“Le virus continue de se propager rapidement”, prévient l’OMS.

0
110



Publié le: Modifié:

L’OMS est préoccupée par la propagation rapide de Covid-19 dans le monde. Au Brésil, le cap des 50 000 morts est sur le point d’être franchi. Le Maroc signale une augmentation record du nombre de contaminations et en Europe, l’Ukraine resserre son confinement dans une partie du pays, très exposée au virus.

Le Brésil a franchi, vendredi 19 juin, la marque du million de cas de contaminations à Covid-19, signe d’une épidémie qui progresse toujours dans un monde que la déconfinement rend “dangereux”, selon l’OMS.

Avant le Brésil, seuls les États-Unis avaient dépassé ce seuil symbolique d’un million de cas. Le géant latino-américain devrait également franchir la barre des 50 000 après avoir atteint 48 954 morts vendredi. Il devient ainsi le deuxième pays où le coronavirus tue le plus au monde.

Depuis début juin, le Brésil, nouvel épicentre mondial de la pandémie, a enregistré plus de nouvelles infections (518 000) et de décès (19 000) que tout autre pays du monde, selon une compilation de l’AFP.

Le Mexique ralentit sa déconfinement

Si le virus ralentit sa progression en Europe, où le déconfinement se poursuit, il continue de se propager inexorablement en Amérique latine.

Le bilan de l’épidémie au Mexique a dépassé vendredi le seuil de 20 000 morts, a annoncé le gouvernement, qui a également signalé plus de 5 000 nouveaux cas de contamination en une seule journée. Les autorités de Mexico ont donc retardé d’une semaine la reprise dans la capitale des activités économiques, initialement prévue lundi, dans le but de réduire le nombre de contaminations et de réduire les hospitalisations.

La Colombie, quant à elle, a enregistré le chiffre record de 95 morts en une seule journée vendredi, franchissant soudainement la barre des 2 000 depuis le début de l’épidémie.

Record de contamination au Maroc

Il est encore loin de reculer ailleurs dans le monde. Le Maroc a signalé une augmentation record du nombre d’infections avec 539 nouveaux cas, le bilan quotidien le plus élevé du royaume depuis l’annonce du premier patient en mars. Cela n’a pas empêché le gouvernement marocain d’annoncer vendredi un nouvel assouplissement des restrictions en vigueur depuis la mi-mars.

C’est ce qui inquiète l’Organisation mondiale de la santé. Le monde est entré dans une “phase dangereuse”, a averti l’OMS vendredi.

“Le virus continue de se propager rapidement, il reste mortel et la plupart des gens restent exposés”, a averti le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ajoutant que ses services avaient identifié jeudi plus de 150 000 nouveaux cas, un record en une seule journée depuis le début. de l’épidémie.

Des signaux d’alerte en Italie, diffusés en Ukraine

Le chiffre de 456 000 morts (et plus de 8,5 millions de cas) a été atteint vendredi, selon les statistiques officielles recueillies par l’AFP, mais que les experts considèrent largement sous-estimées.

Tedros Adhanom Ghebreyesus a admis que “beaucoup de gens sont évidemment fatigués de rester chez eux. Les pays sont impatients de rouvrir leur société et leur économie”, mais la fin du confinement ou de la restriction des mesures de mobilité “amène le monde dans une nouvelle phase dangereuse”, avertit-il.

L’Europe, en pleine déconfinement, est particulièrement concernée. Les autorités sanitaires italiennes ont également appelé vendredi à la “prudence” après avoir observé la semaine dernière “des signaux d’alerte liés à la transmission” de Covid-19, notamment à Rome, indiquant que “la circulation du virus est toujours importante”.

De l’autre côté des Alpes, le gouvernement français a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi la réouverture des cinémas et des casinos lundi, ajoutant que les stades accueilleront à nouveau le public à partir du 11 juillet sans toutefois dépasser les 5000 spectateurs.

C’est loin d’être le cas en Ukraine, où un confinement plus strict devra être imposé dans une partie du pays, la propagation du coronavirus s’accélérant depuis la levée le 11 mai de nombreuses restrictions.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici