Les deux partenaires conviennent de renforcer la coopération dans le domaine de la recherche, de la formation et de l’innovation – Le Sahel

0
32


Partager c’est aimer!

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, M. Yahouza Sadissou et la présidente-directrice générale de l’IRD, Mme Valérie Verdier ont renouvelé l’accord de siège qui régit la coopération scientifique et la recherche entre l’IRD et le gouvernement du Niger. La cérémonie s’est déroulée hier par visioconférence dans la salle de conférence du bureau de l’IRD à Niamey.

A travers cette signature, les deux parties concrétisent ainsi les liens forts et historiques qui associent l’IRD à la Recherche, la formation et l’innovation au Niger. Par cet acte, les deux parties renouvellent ainsi l’accord de siège de l’IRD pour une durée de 5 ans. Ceci, souligne-t-il, contribuera à la promotion d’une recherche scientifique et technique de qualité, interdisciplinaire et citoyenne, qui renforce les valeurs sociétales, économiques et culturelles pour le développement humain et durable. Cet accord permettra également de renforcer les compétences, notamment à travers des programmes pour les jeunes équipes associées ou la co-tutelle de doctorants en partenariat avec les universités publiques du Niger ainsi que d’autres institutions de recherche nationales et internationales présentes au Niger.

C’est pourquoi le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a salué les efforts de l’IRD dans le domaine de la recherche et de la formation au Niger. Ces actions, a-t-il rappelé, cadrent bien avec les ambitions et les engagements des plus hautes autorités nigériennes “qui n’ont ménagé aucun effort pour inclure la recherche, la science, la technologie et l’innovation comme vecteur et moteur de la croissance économique du Niger”. M. Yahouza Sadissou a saisi cette occasion pour rappeler les liens historiques de longue date qui unissent le Niger et ce prestigieux institut de recherche français. «L’IRD, c’est plus de 60 ans de présence au Niger pour accompagner et soutenir le Niger dans ses actions de recherche et développement. Cette organisation initialement focalisée sur l’hydrologie et en particulier sur le fleuve Niger, a su s’adapter et s’ouvrir au fil du temps aux grands enjeux sociétaux, notamment l’environnement et la biodiversité, le changement climatique, la désertification et la préservation des sols, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l’épidémiologie. , génétique des plantes cultivées, production végétale et défense contre les agresseurs, ressources en eau souterraine, patrimoine archéologique et linguistique, démographie, migration, etc. », a-t-il ajouté.

Dans leurs interventions, SE Alexandre Garcia au nom du Gouvernement français et Mme Valérie Verdier et ses collaborateurs, à savoir Mme Corinne Burnon-Meunier Directrice générale adjointe de l’IRD et M. Guillaume Favreau Représentant de l’IRD au Niger ont tous salué la qualité du partenariat entre la France et le Niger d’une part et l’IRD et les instituts de recherche scientifique au Niger d’autre part. Ils ont souligné la situation sanitaire qui caractérise le monde entier lié au COVID 19, épreuve au cours de laquelle le gouvernement français et les partenaires français dont l’IRD, ont apporté un grand soutien au Niger dans le cadre de la lutte contre la propagation. de la pandémie. La partie française a renouvelé son engagement et sa disponibilité pour continuer à renforcer et revitaliser ce partenariat avec le Niger. Mme Valérie Verdier a notamment exprimé son engagement à soutenir et renforcer la formation des jeunes Nigériens. «Nous avons des défis à relever ensemble dans le domaine de la recherche. Il n’y a pas de recherche sans jeunes. C’est pourquoi nous mettons l’accent sur la formation des jeunes pour le développement de la recherche », a déclaré le président-directeur général de l’IRD.

Ali Maman (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici