Les forces progouvernementales reprennent l’aéroport de Tripoli

0
154



Publié le: Modifié:

En Libye, l’aéroport international de Tripoli a été repris par les forces du gouvernement d’unité nationale (GNA), a déclaré mercredi son porte-parole. Jusqu’à présent, il était sous le contrôle des forces de Khalifa Haftar, un homme fort de l’est du pays. Proche de la capitale, elle représente une zone stratégique du conflit.

Les forces de l’unité nationale du gouvernement libyen (GNA) ont annoncé mercredi 3 juin qu’elles avaient repris le contrôle de l’aéroport international de Tripoli, qui est hors service depuis 2014, après de violents combats contre les forces fidèles au maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est de la Libye.

“Nos forces ont entièrement libéré l’aéroport international de Tripoli”, a déclaré le porte-parole des forces pro-GNA, Mohamad Gnounou.

Plusieurs attaques dans ce domaine

Détruit en 2014 par les combats entre milices rivales, cet aéroport civil, le plus grand du pays, est situé à environ 20 kilomètres au sud de la capitale, une zone stratégique. Il était occupé par les forces pro-Haftar depuis les premières semaines de leur offensive lancée en avril 2019 pour s’emparer de Tripoli, siège du GNA, reconnu par l’ONU.

Les forces pro-GNA “poursuivent les milices de Haftar qui fuient vers Gasr Ben Gachir”, plus au sud, selon Mohamad Gnounou.

>> Lire aussi sur France 24: La Libye divisée face à l’arrivée du coronavirus

L’opération de récupération de l’aéroport international de Tripoli a débuté mercredi matin, soutenue par des drones qui visaient les positions et les équipements des forces rivales, a précisé la même source.

Depuis deux semaines, les forces progouvernementales mènent des attaques terrestres et aériennes à grande échelle dans ce secteur. Ils avaient réussi à encercler la zone de l’aéroport avant l’assaut final de mercredi.

Une récente reprise des discussions

Les forces fidèles au maréchal Haftar n’ont pas commenté ce revers, le plus important depuis la perte, le mois dernier, de la base aérienne d’Al-Watiya, une grande base arrière au camp Haftar, à 140 kilomètres au sud-ouest de Tripoli.

Le revers intervient peu de temps après que l’ONU à New York a annoncé la reprise des pourparlers entre les belligérants, saluant un “premier pas positif”.

La Libye est dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. L’année dernière, le conflit a été exacerbé par une ingérence étrangère croissante, les Émirats arabes unis et la Russie soutenant le camp Haftar et la Turquie celle du GNA.

Il a fait des centaines de morts, dont de nombreux civils, et contraint quelque 200 000 personnes à fuir.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici