Les parlementaires adoptent une loi autorisant la construction d’un oléoduc d’exportation de pétrole brut vers le Bénin – Le Sahel

0
131


Partager c’est aimer!

Les travaux en session plénière de la 1ère session ordinaire de 2020, dite session des lois de l’Assemblée nationale, se poursuivent activement dans l’hémicycle, place de la concertation. Lors de la séance plénière du vendredi 12 juin, présidée par SE Ousseini Tinni, président de l’institution, les parlementaires ont adopté le projet de loi relatif à la construction et à l’exploitation sur le territoire de la République du réseau de transport par pipeline Niger-Bénin. La plénière s’est déroulée en présence du commissaire du gouvernement, M. Foumakoye Gado, ministre d’État, ministre du Pétrole et M. Issouf Barkaï, ministre chargé des relations avec les institutions.

Au cours de cette session, les parlementaires nigériens ont adopté, après un long débat, la loi relative à la construction et à l’exploitation sur le territoire de la République du Niger du système de transport d’hydrocarbures par pipelines Niger-Bénin avec 108 voix pour, 24 voix contre et zéro (0) abstention. Après le vote, le ministre d’État, ministre du Pétrole, M. Foumakoye Gado, a déclaré que l’adoption de ce projet de loi est un événement important pour le Niger en ce qu’il consacre l’entrée en vigueur de l’accord sur les transports signé le 15 septembre 2019.

Selon le ministre du Pétrole, les investisseurs devaient être rassurés sur les investissements qu’ils vont faire. M. Foumakoye a rappelé qu’il s’agit de fonds privés estimés à 2,2 millions de dollars près de 1300 milliards de FCFA qui seront investis pour la construction de cet équipement. “Cela permettra au pays d’augmenter ses revenus grâce à une augmentation significative de la production pétrolière. Nous allons passer de 20 000 à 110 000 barils par jour, dont 20 000 pour le raffinage et 90 000 pour l’exportation. Cela nous conduit à multiplier par cinq (5 ) notre production actuelle “, a-t-il déclaré.

L’autre aspect de l’adoption de la loi, a-t-il ajouté, est la création d’emplois. Ainsi, en phase opérationnelle, il y aura plus de 3 000 emplois et plusieurs centaines d’emplois au début de l’exportation. Le ministre d’État au Pétrole a indiqué qu’après la construction de cette structure, le Niger attirera d’autres entreprises qui viendront faire de la recherche pétrolière. “Cela contribuera à rendre l’exploitation et l’exportation aussi durables que possible. Jusque-là, les entreprises ont été timides et hésitantes à exporter. Mais avec la construction de ce pipeline, les entreprises se précipiteront pour le Niger”, a-t-il conclu.

Pour rappel, la construction de cette canalisation a été lancée le 16 septembre 2019 à Koulélé (région de Diffa) par le président de la République, chef de l’Etat, SE. Issoufou Mahamadou. Ce pipeline aura une longueur totale de 1982 km dont 1298 km au Niger et 684 km au Bénin.

Enfin, il convient de noter qu’au cours de cette session, le président de l’Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni a procédé à la présentation devant la plénière du député Oumarou Moussa qui remplace M. Issoufou Amadou Maïfada décédé le 18 mai dernier d’une maladie.

Seini Seydou Zakaria (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici