Les participants se félicitent des résultats obtenus par le Niger et recommandent le maintien des mesures préventives – Le Sahel

0
75


Partager c’est aimer!

Le Premier ministre, chef du gouvernement, S.E. Brigi Rafini, président du Comité interministériel pour la gestion de la réponse à la pandémie de coronavirus, a présidé la réunion hebdomadaire du comité hier matin à Niamey. Cette 12e session dudit comité, qui s’est déroulée en présence de plusieurs ministres membres du comité et du groupe d’experts, a inscrit à son ordre du jour un certain nombre de points, à savoir le point de gestion sanitaire de la pandémie, la mise en œuvre du plan d’intervention; un examen rapide des mesures prises par le gouvernement pour arrêter la propagation du virus; la situation de gestion financière liée à cette pandémie et éventuellement des recommandations au gouvernement en prélude au prochain Conseil des ministres.

Lors de la réunion interministérielle, le ministre de la Santé publique, le Dr Idi Illiassou Mainassara, a d’abord présenté la situation de la pandémie au Niger. Il ressort de sa présentation qu’au 10 juin 2020, la situation était la suivante: 12 186 personnes confinées, à travers le pays, dont 12 017 hors confinement et 169 en voie de départ. Au niveau du laboratoire, il convient de noter que 5 098 personnes ont été testées, dont 974 positives; 38 sont en traitement; 876 patients sont sortis guéris et un total de 65 morts ont été enregistrés.

Concernant la répartition des cas et des décès par région, le ministre de la Santé publique a noté que la région d’Agadez a enregistré un cumul de 41 cas dont un (1) décès; Diffa avec 7 cas et zéro (0) décès; Dosso 20 cas et zéro (0) décès); Maradi 11 cas et quatre (4) décès; Niamey 742 cas dont 42 décès; Tahoua 19 cas et zéro décès; Tillabéri 5 cas et zéro décès; Zinder (133 cas dont 18 décès). “L’évolution de la pandémie de Covid-19 est favorable dans notre pays, avec une baisse importante de la courbe des cas positifs”, a indiqué le ministre de la Santé publique.

Selon lui, des tests de dépistage sont actuellement en cours dans les régions de Niamey, Zinder, Maradi et Tahoua uniquement, mais d’ici fin juin, toutes les régions pourront effectuer les tests sur place. De plus, le ministre a indiqué que la lutte contre les infections se poursuit par la désinfection des lieux publics et des contacts (marchés, écoles, etc.). “Par rapport à la situation spécifique de Zinder, la dotation de la région en cinq (5) respirateurs, annoncée lors de la dernière réunion, s’ajoute deux (2) réanimateurs, une série de visites aux missions techniques et la cellule de communication”, a noté le ministre Maïnassara.

Toujours selon le Dr Idi Illiassou Mainassara, l’État, les PTF, les ONG, les services privés et les particuliers continuent de fournir des soins et une protection contre les maladies. “En ce qui concerne les lambeaux, nous avons actuellement un peu plus de 5 400 000 lambeaux produits. En outre, nous continuons à recevoir des dons d’inspirateurs invasifs et non invasifs. Cependant, le Dr Idi Maïnassara a noté des préoccupations concernant le déni et la stigmatisation de la maladie qui persiste dans les populations; limiter la mobilité des équipes d’intervention; l’insuffisance dans la mise en œuvre de mesures de barrière telles que le port de masques, dont la réticence voire le refus catégorique ont été observés dans plusieurs lieux publics dont les écoles, les marchés, les mosquées, etc.; les nombreuses erreurs messages et autres fausses informations distillés dans les réseaux sociaux; le refus de coopérer constaté chez certains patients ainsi que les précautions à prendre en cas d’ouverture des frontières terrestres et aériennes.

Quant au ministre de la promotion de la femme et de la protection des enfants, Mme El-back Zeinabou Tari Bako et son homologue de la Renaissance culturelle, M. Assoumana Malam Issa, ils ont fait le point sur la confection des dossards pour renforcer les barrières et le refus du respect du port du bavoir par certains concitoyens.

Pour sa part, le porte-parole du gouvernement et président de l’unité de communication dudit comité, M. Abdourhamane Zakaria, a rendu compte de la mission qu’il a effectuée à Zinder. «Nous avons rencontré des chefs coutumiers, des religieux, des leaders d’opinion, des organisations socioprofessionnelles, des structures organisées, pour leur parler de l’existence de la maladie, des raisons de prendre des mesures préventives et de respecter les barrières gestuelles, des mesures prises pour combattre Covid-19.

Quant au président du groupe d’experts sur la pandémie de Covid-19, le professeur Saidou Mamadou, il a certainement noté une évolution très favorable de l’épidémie au stade actuel. En effet, le principal indicateur qui le montre est le R0. Ce dernier signifie le nombre de personnes qu’une personne infectée peut infecter. “Même si la maladie n’a pas été complètement vaincue, on peut dire que l’épidémie est sous contrôle mondial. Mais cela ne veut pas dire lâcher prise. Au contraire, vous devez toujours respecter les mesures de barrière. Nous aurons toujours des sporadiques cas même dans deux ou trois mois sinon plus. La vigilance doit être exercée car l’épidémie ne partira pas comme par magie. Par conséquent, des mesures de barrière telles que le port d’un masque; le lavage des mains à l’eau et au savon ou une solution hydro alcoolique et la distance sociale d’au moins un mètre doit être respecté le plus longtemps possible “, a déclaré le Pr. Saidou Mamadou. L’analyse du taux d’exécution de la mise en œuvre des mesures prises en Conseil des ministres a été présentée par le docteur Aboubacar Djalo Boukou Melé, conseiller sanitaire principal auprès du Premier ministre et membre du secrétariat du comité interministériel. Selon elle, un total de 38 mesures ont été prises dans le cadre de la réponse au Covid-19. «Au 11 juin, 21 des 38 mesures avaient été effectivement appliquées, soit 55,26%; 10 mesures sont partiellement appliquées, soit 26,31% et 7 mesures et une directive sont suspendues, soit 18,42%.

Tirant les conclusions de cette 12ème session dudit Comité, le Chef du Gouvernement a indiqué qu’il ressortait de cette réunion que les participants étaient ravis de la gestion et des résultats obtenus par le Niger, dans le cadre de sa lutte contre Covid-19, et invité les services compétents à persévérer et à redoubler de vigilance, afin que la lutte contre le Covid-19 continue de s’améliorer. En outre, les participants recommandent de continuer à se conformer aux mesures préventives, y compris le port obligatoire des dossards, en particulier au niveau des écoles aux niveaux moyen, supérieur et professionnel, en particulier dans certaines écoles où des cas positifs ont été détectés et l’ouverture de terrains et les frontières aériennes. «En conséquence, notre pays mettra en place toutes les conditions d’une éventuelle ouverture des frontières aériennes et terrestres mais en prenant les mesures qui seront recommandées par le Comité et les experts. De plus, la disponibilité et l’accessibilité des dossards, produits localement, nous permettront de rendre obligatoire le port des dossards, à la fois pour tous les enseignants et pour tous les lycéens », a conclu le Premier ministre. .

Mahamadou Diallo (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici