L’opposition politique nigériane appelle à une manifestation républicaine dans les prochains jours.

0
68


Déclaration de l’opposition politique nigériane sur la situation économique et socio-politique au Niger.

L’opposition politique nigériane, regroupée au sein de:
Front pour la démocratie et la République (FDR);
Front de l’opposition indépendante (FOI);
Front patriotique (FP);
Front pour la restauration de la démocratie et la défense de la République (FRDDR);

Réunie aujourd’hui 16 juin 2020, après un examen approfondi de la situation économique, politique, sociale et sécuritaire de notre pays, la déclaration suivante est rendue publique.

Femmes nigérianes
Activistes, activistes
C’est un truisme de dire qu’au Niger la paix, la sécurité, la cohésion sociale et politique sont constamment mises à l’épreuve par des dirigeants soucieux de l’enrichissement personnel et de la préservation du pouvoir à tout prix. C’est pourquoi, les hommes et les femmes nigériennes subissent quotidiennement le martyre dans leur chair: insécurité alimentaire chronique, insécurité permanente et omniprésente, détérioration constante des services sociaux de base … le tout dans un contexte de pauvreté généralisée et de prison sans procès pour ceux qui osent se plaindre.
Malgré cette situation humainement déplorable, nos dirigeants ne parlent que de leurs réalisations en termes élogieux: pour eux tout réussit, tout est brillant, au point que les Nigériens n’ont jamais été aussi heureux que depuis l’avènement de ce régime.
Et pourtant! Issoufou Mahamadou, friand de comparaison avec les régimes précédents, ne peut ignorer cela:
Il n’y a jamais eu de période semée de morts militaires et civiles, de blessés, de déplacés et de détenus arbitraires que celle de son soi-disant régime de la renaissance!
La paix et l’intégrité territoriale n’ont jamais été plus menacées que sous sa gouvernance!
Jamais cohésion et unité nationale n’ont été aussi ébranlées qu’en cette période de règne d’injustice et d’impunité!
Les ressources publiques n’ont jamais été aussi vandalisées que sous ce système mafieux mis en place par Issoufou Mahamadou!

Les résultats de la gouvernance chaotique des soi-disant socialistes nigérians découlent naturellement des desseins politiques honteux du régime de la renaissance. Ainsi, toutes les forces nationales susceptibles de contrecarrer ce projet, doivent-elles être anéanties.
Dans ce contexte :
Les partis politiques de tous bords, qu’ils soient présidentiels ou d’opposition, sont systématiquement écrasés pour les affaiblir ou les réduire à l’insignifiance;
L’armée est déstructurée, désorganisée et désarticulée;
Les institutions de la République sont soumises à l’autorité exclusive du PNDS Tarayya et de son véritable chef Issoufou Mahamadou en violation des dispositions constitutionnelles;
Les Nigériens dans leur ensemble, toutes politiques confondues, sont délibérément appauvris et affamés, de sorte que, selon les oboles des dignitaires du régime de la Renaissance enrichis au-delà de l’exubérance, sont perméables à la corruption et à l’achat de conscience.

Nigérians,
C’est avec une profonde indignation que les partis politiques de l’opposition suivent le fond de l’affaire dite “Audit du ministère de la Défense nationale” et la posture révoltante du gouvernement face à une situation de gravité sans précédent dans l’histoire socio-politique de notre pays, une affaire reconnue par tous comme le plus grand scandale du siècle, d’ailleurs dans le pays le plus pauvre du monde et en guerre.

Il n’est pas nécessaire de s’attarder sur les détails des montants forfaitaires allégués et les montants de la chronique qui leur sont associés. L’opposition politique est plutôt abasourdie par la légèreté et le peu de considération que le régime a pour les grands principes de la démocratie, de l’État de droit, de la bonne gouvernance et de la hauteur d’esprit que l’occupation de l’État fait peser.

En effet, Comment comprendre et accepter l’attitude insultante du gouvernement tendant à explorer un règlement à l’amiable d’une affaire qui mine notre souveraineté, menace l’intégrité de notre territoire national, affecte profondément l’efficacité de notre capacité de lutte contre le terrorisme et provoque tant de civils et morts militaires?
Comment comprendre la légèreté et la désinvolture de certains très hauts fonctionnaires face au trafic manifeste et élémentaire de la procédure de passation des marchés publics: Surcharge extraordinaire; Paiement indu ou anticipé aggravé par l’absence de livraison du matériel; Faux fournisseurs; faux marchés?
Comment comprendre, par exemple, que le chef de l’État ne savait pas que le dispositif anti-missile qu’il avait lui-même commandé pour l’avion présidentiel, n’avait jamais été placé lorsque le montant de la commande avait été ensaché sur la base de fausses factures et de fausses livraisons Remarques?
Comment comprendre que des soldats mal habillés, mal nourris, mal transportés et mal équipés puissent se défendre, défendre les citoyens et défendre le territoire national?
Comment comprendre que les auteurs de ces crimes, ces hommes qui ont volé notre argent et terni l’image de notre armée, aujourd’hui clairement identifiés et que le gouvernement tente de mettre hors de question, sont toujours en liberté alors que les acteurs de la société civile languir en prison pour avoir simplement dénoncé ces faits qui constituent des crimes?
Comment comprendre qu’un dirigeant jouissant de toutes ses facultés puisse penser, un seul instant, que le Niger se porte bien avec tant de morts, de blessés, de handicapés à vie, de veuves et d’orphelins?
Comment, comment, comment?

Femmes nigérianes
Activistes, activistes

Pour tout observateur, même le moins informé sur la scène politique nigériane, la cour criminelle, les actions anti-républicaines du clan au pouvoir face à cette affaire scabreuse scandalisent certes, mais ne surprennent pas.

En fait, la collusion entre les dirigeants de la 7e République et l’amour du gain facile, tiré des pratiques corrompues et mafieuses, n’est pas nouvelle. C’est très tôt que l’opposition politique a tiré la sonnette d’alarme. On se souviendra qu’au début du premier mandat d’Issoufou Mahamadou, deux membres du Gouvernement et un député, tous membres du PNDS, ont été sérieusement impliqués dans un cas de fraude dans l’attribution d’un marché public.
Rappelles toi:
La porte d’uranium enterrée malgré la plainte de la société civile en convocation directe au juge d’instruction;
La porte africaine;
La vente frauduleuse du Mont Bagazam, avion présidentiel;
L’acquisition surfacturée du Mont Greboun, l’avion présidentiel;
Le cas de drogue enterré saisi à Niamey 2000;
La porte Caima;
Le don pakistanais de 15 000 tonnes de riz détourné et vendu à Cotonou par des personnes clairement identifiées mais jamais poursuivies;
L’affaire SONIDEP;
L’affaire SORAZ;
Le dossier des devises étrangères saisi à l’aéroport international de Niamey;
La porte Moukuri;
Les fonds détournés de l’ARTP;
La porte de Foumakoye (800 milliards de transports par pipeline)
Les cinquante milliards du Congo Brazzaville.

La liste des cas est longue et inépuisable. Ils n’ont tous qu’un seul but: enrichir illégalement, massivement et exclusivement les ténors du régime sans rien faire.

Femmes nigérianes
Activistes, activistes

Face à tant de mauvaise gestion, d’insouciance et de cupidité d’un gouvernement qui n’a pas peur de sacrifier la vie de nos concitoyens livrés le plus sans défense possible à la folie meurtrière des narcotrafiquants et autres criminels présumés djihadistes, les partis politiques de l’opposition ont décidé d’exprimer leur colère et leur révolte.
Colère et révolte contre des actes criminels dans leurs conséquences tragiques pour les soldats tués par centaines parce qu’ils sont impuissants à se défendre avec les armes réformées et les munitions périmées à leur disposition, pour faire face à des individus mieux équipés.
Ce cas, qui est à l’origine de ces tragédies irréparables, ne peut être traité d’un point de vue juridique comme un simple cas de surfacturation.
Les juges qui seront responsables de cette affaire doivent donc savoir que les gens les surveillent et les responsabiliseront également pour les méfaits commis si jamais le traitement pénal qui doit être purgé dans cette affaire, tombe dans la banalité du simple délit d’initié.
Le pôle financier judiciaire est certes préoccupé dans une certaine mesure par le détournement de fonds publics contenu dans ce dossier, mais pour être conforme à sa véritable nature, l’affaire est avant tout pénale et doit être traitée dans le cadre de l’incrimination de l’association de criminels ayant a entraîné la mort de centaines de soldats et de civils.
Pleinement informé, en temps réel, des actes criminels commis dans cette affaire, il appartient désormais au Chef de l’Etat d’assumer sa responsabilité de garant de l’indépendance de la justice, afin que les morts, les milliers de morts dans les rangs des militaires et des civils des régions de Diffa, Tillabéri, Tahoua, Maradi et Agadez reposent en paix.
Femmes nigérianes
Activistes, activistes
Après neuf ans de régime fondé sur la violation répétée de la Constitution, le discrédit, la corruption, le butin, le détournement de mensonges étatiques et l’insécurité au sens large, le désenchantement est partout.
Cependant :
Sur le plan économique, le Niger n’a jamais connu d’aussi grandes opportunités de ressources. Les retombées de l’exploitation pétrolière planifiée et opérationnalisée par les régimes précédents offrent au gouvernement une marge de manœuvre sans précédent au Niger. Malheureusement, ces ressources nationales sont revendues par le régime vandale d’Issoufou Mahamadou au profit de son clan.
Même les investissements dans le béton sur lesquels s’accrochent les purs et durs du régime visent en réalité à l’enrichissement exclusif des dirigeants.
Sur le plan social, le contraste n’a jamais été aussi fort entre le peuple appauvri et les dirigeants corrompus que sous le règne prétendument socialiste d’Issoufou Mahamadou.
Jamais les inégalités n’ont été aussi flagrantes. Les milliers de milliards mobilisés sont détournés des objectifs de développement et finissent dans les poches des ténors de l’oligarchie au pouvoir, tandis que le peuple meurt en silence dans un dénuement total.
Les services sociaux de base sont en déclin avancé, le secteur rural est délaissé et sacrifié sur l’autel du prestige utopique auquel seul Issoufou Mahamadou croit.

Politiquement et institutionnellement, les libertés fondamentales n’ont jamais été aussi violées qu’aujourd’hui. Les actions d’Issoufou Mahamadou relèvent d’un parjure que, malheureusement, la Cour constitutionnelle n’a jamais sanctionné.
Nous ne pouvons pas promouvoir la République et la démocratie en détruisant, entre autres, les fondements du respect de la Constitution, de la Charte des partis politiques, du statut de l’opposition et de l’égalité des citoyens devant la loi.
Nous ne pouvons pas promouvoir la République et la démocratie en refusant d’organiser des élections libres, démocratiques, inclusives et équitables.
Nous ne pouvons pas promouvoir la République et la démocratie en refusant les règles fondamentales du changement politique, de la liberté d’expression, de l’opinion et du dialogue politique.
Femmes nigérianes
Activistes, activistes
C’est le lieu pour l’opposition politique nigériane de dire combien les manœuvres et autres manipulations orchestrées par le pouvoir à travers un code électoral non consensuel, une maison CENI, une Cour constitutionnelle partisane, des audiences foraines fantaisistes, un semblant de biométrie sous la direction d’un opérateur technique «amical» expose notre pays à des dangers imprévisibles.
L’opposition politique nigérienne ne peut en aucun cas accepter la reprise des élections de 2016.
Aucun report de scrutin, aucune mutilation de l’électorat tendant à priver la 9e Région de son droit de vote n’est admissible par l’opposition politique.
Souvenons-nous simplement que c’est après les élections de 2010-2011 que l’option pour la biométrie a été décidée à l’unanimité par les forces politiques et les partenaires du pays.
C’est autour de la même question que le CNDP a connu ses premiers goulets d’étranglement en 2014.
En ce qui concerne les élections locales, ce régime semble bouleverser l’ordre institutionnel de la République. La décentralisation et la déconcentration inscrites dans la Constitution du 25 novembre 2010 dans ses articles 164 et 165 constituent le fondement même de l’administration territoriale du Niger. Cette option est le fruit d’un laborieux consensus national obtenu après plusieurs années de rébellions armées qui ont fait de nombreux morts et blessés et ont même menacé l’intégrité de notre territoire national.
Il s’agit d’une option intangible.
L’opposition politique réitère ici sa demande d’un dialogue national inclusif afin de trouver des solutions consensuelles aux maux qui assaillent notre pays en général et des élections libres, transparentes et pacifiques en particulier, au lieu du blanchiment d’argent que le gouvernement essaie de traverser. la parodie de séance du CNDP.
L’opposition politique rejette donc toutes les propositions faites au CNDP le vendredi 12 juin 2020.
L’opposition politique nigériane exposera très prochainement en détail sa position sur le processus électoral en cours au Niger.
Femmes nigérianes
Activistes, activistes
Nous devons donc avoir une compréhension commune de la situation très grave à laquelle notre pays est confronté; d’avoir une conscience claire de la posture selon laquelle la poursuite effrénée du gain personnel et le désir de conserver le pouvoir par les dirigeants actuels mettent notre pays sur une voie suicidaire.
Notre devoir à tous, citoyens nigériens de tous les côtés politiques et apolitiques, est de nous lever comme UN HOMME pour que le dossier dégouline de sang d’innocents, que tous ces crimes économiques et financiers soient enterrés pour un peu d’argent restitué au trésor public .
C’est au nom de cet engagement commun au service de la République, de ses valeurs et de la Patrie que l’opposition politique nigérienne exige:
Le traitement judiciaire diligent de tous les cas de détournement de fonds connus à ce jour, celui du ministère de la Défense nationale en premier;
Audit d’autres institutions publiques;
Le licenciement de tous les responsables politiques et administratifs impliqués dans les différentes affaires en attendant leur traitement judiciaire;
La lutte contre la corruption, les droits de l’homme et la fin de l’impunité;
L’égalité des Nigérians devant la loi.

C’est enfin, au nom de cet engagement commun, que l’opposition politique nigérienne invite tous ses militants, sympathisants et sympathisants et tous les patriotes à se préparer pour une grande manifestation républicaine dans les jours à venir.

Fait à Niamey, le mardi 16 juin 2020

Vive l’opposition politique nigériane!
Vivez la démocratie!
Vive le Niger!



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici