L’ouverture des frontières et la relance du secteur économique au cœur des échanges – Niger Inter

0
106


Il a réitéré la solidarité de la Commission avec les pays qui ont subi des attaques terroristes et a salué les efforts des États membres et la résilience du peuple de l’Union face à cette situation. Il a rappelé la contribution financière de 60 milliards de francs CFA mise à disposition par la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Union ” en vue de renforcer les capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité du Burkina Faso, du Mali et du Niger, trois pays de la ligne de front G5 Sahel et dont la stabilité est essentielle pour la sécurité et la stabilité de la communauté spatiale

Pour le ministre Damehame YARK, les problèmes de sécurité sont certainement connus, mais il voulait noter que depuis leur dernière réunion tenue à Niamey, le 31 octobre 2018«Le Burkina, le Mali et le Niger connaissent une escalade continue des actes terroristes et du crime organisé. Ainsi, l’année 2019 s’est terminée sur un lourd bilan pour les armées du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Entre septembre et décembre, près de 300 soldats ont perdu la vie Il a dit.

Selon le ministre YARKla seule alternative dans cette situation reste la coopération: coopération dans le domaine de la sécurité, coopération dans l’échange d’informations et de renseignements. C’est pourquoi, je salue les résultats obtenus dans la mise en œuvre de la feuille de route de l’accord-cadre de coopération en matière de sécurité et de renseignement ainsi que les mesures prises pour consolider et pérenniser ces acquis. “ il a dit.

Au cours des travaux, les ministres en charge de la sécurité dans les 08 États membres examineront et adopteront notamment le rapport issu de la réunion d’experts, le rapport sur la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA pour le second semestre. 2019 ainsi que l’énoncé des conclusions.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici