Macron renforce la présence militaire française en Méditerranée

0
28



Publié le:

Emmanuel Macron a annoncé mercredi son intention de renforcer temporairement la présence militaire française en Méditerranée suite aux tensions provoquées dans la région par la décision turque de prospecter des hydrocarbures dans les zones litigieuses.

Les tensions gréco-turques en Méditerranée orientale inquiètent les dirigeants européens. Le chef de la diplomatie grecque, Nikos Dendias, doit rencontrer vendredi à Vienne son homologue américain Mike Pompeo dans le cadre d’un marathon diplomatique entrepris par Athènes pour mobiliser la communauté internationale sur ces tensions. “Les pourparlers se concentreront sur les développements en Méditerranée orientale étant donné l’escalade de la provocation turque”, a déclaré mercredi 12 août un bref communiqué du ministère grec des Affaires étrangères.

“Nous espérons que la logique prévaudra enfin chez notre voisin (la Turquie) afin qu’un dialogue honnête puisse commencer”, a déclaré mercredi le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. “Quand il y a une telle concentration de forces militaires dans une zone limitée, le danger d’un accident menace”, at-il ajouté dans un communiqué.

Tour méditerranéen de Mike Pompeo

Mike Pompeo est arrivé mardi à Prague, début d’une tournée de cinq jours en Europe centrale, pour discuter de la Chine et de la 5G en particulier.

Nikos Dendias doit également participer vendredi de Vienne à la réunion extraordinaire par vidéoconférence des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE), selon un communiqué ministériel.

Plus tôt jeudi, il doit se rendre en Israël, un pays bordant la Méditerranée orientale, pour des entretiens, selon le ministère.

La situation tendue pendant des semaines entre Athènes et Ankara s’est détériorée lundi après qu’Ankara a déployé un navire de recherche sismique, escorté par des navires militaires, dans le sud-est contesté de la mer Égée en Méditerranée et riche en gisements de gaz.

Selon Athènes, les navires turcs se trouvaient mercredi à 60 milles marins au sud de l’île grecque de Kastellorizo, ou sur le plateau continental grec, ce qui constitue une “violation” des frontières maritimes.

“Nous n’accepterons pas le fait accompli”

La flotte de la marine grecque est également présente dans la zone pour “surveiller” les activités turques, selon une source du ministère de la Défense.

M. Mitsotakis a assuré que la Grèce ne chercherait pas à aggraver la tension, tout en avertissant “qu’aucune provocation ne restera sans réponse”.

Nikos Dendias a appelé mardi à une réunion extraordinaire du Conseil des affaires étrangères de l’UE, dans l’espoir de faire pression sur la Turquie pour qu’elle se retire de la région.

“Nous appelons la Turquie à quitter sans délai le plateau continental grec (…) nous n’accepterons pas un fait accompli”, a averti mardi Nikos Dendias.

La réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l’UE de vendredi est consacrée à l’élection présidentielle en Biélorussie mais aussi aux relations avec la Turquie et à la situation au Liban.

La découverte des gisements de gaz, source d’envie

La découverte ces dernières années de vastes gisements de gaz en Méditerranée orientale a aiguisé l’appétit des pays riverains et accru les tensions entre la Turquie et la Grèce, pays voisins et alliés au sein de l’OTAN, dont les relations sont régulièrement rythmées par des crises.

Signe que les tensions actuelles pourraient encore s’aggraver, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a déclaré mardi qu’Ankara étendrait ses recherches sur le gaz en Méditerranée orientale.

Mike Pompeo passera deux jours en République tchèque avant de se rendre en Slovénie, en Autriche, puis en Pologne, qui accueillera une partie des troupes américaines quittant l’Allemagne.

Avec l’AFP





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici