Maracineanu ne veut pas “imaginer une équipe de France sans les meilleurs éléments”

0
18



Roxana Maracineanu a parlé mardi de la poigne de fer qui oppose désormais l’UEFA aux 12 clubs dissidents de la Super League. Le ministre des Sports refuse de laisser les internationaux français choisir entre leur équipe nationale et leur club.

Les joueurs qui participeront à la Super League seront “bannis” de leur sélection nationale et ne pourront plus participer aux compétitions comme l’Euro et la Coupe du monde. C’est la menace lancée lundi par Aleksander Ceferin et l’UEFA pour contrer le projet de la Super League. Une mesure, pour l’instant encore floue, qui pourrait être appliquée dès l’Euro cet été (11 juin-11 juillet) et qui pourrait donc grandement perturber les plans de l’équipe de France.

>> La crise de la Super League en direct

“Que les sportifs n’aient pas à choisir”

“Je n’ai vraiment pas envie d’imaginer une équipe de France sans nos meilleurs éléments. Il faut absolument qu’on trouve une solution où les sportifs n’aient pas à choisir entre une sélection nationale et une compétition plutôt mercantile”, a réagi mardi Roxana Maracanieanu auprès de RMC Sport. La ministre déléguée aux Sports espère également que les relations vont s’apaiser entre l’UEFA et la Super League et que les deux entités vont parvenir à se mettre d’accord.

“Il faut qu’on trouve des solutions, qu’on arrive à faire en sorte que l’UEFA et les clubs qui constituent cette Super League arrivent à trouver un terrain d’entente”, a-t-elle développé. La ministre demande à la Super League “d’accepter le pas que l’UEFA fait déjà vers eux, avec la nouvelle configuration de la Champions League, qui est une avancée qui va dans leur sens. Il ne faut aller dans un extrême qui sera destructeur pour l’ensemble du football mondial”.

L’UEFA a en effet annoncé lundi une réforme de la C1, qui entrera en vigueur à partir de 2024. Parmi les grands changements: le passage de 32 à 36 équipes, la fin de la phase de poules remplacée par un “mini-championnat” pour un total de 180 matchs, au lieu de 96 aujourd’hui. Mais mardi, le conflit UEFA/Super League semblait bien loin d’être terminé.

15 Bleus potentiellement concernés

Aucun club français ne fait (pour le moment) partie du projet initié par 12 clubs européens (Manchester United, Liverpool, Manchester City, Arsenal, Chelsea, Tottenham, Barcelone, Real Madrid, Atlético, Inter Milan, Milan AC et Juventus). “Pour l’instant, nous n’avons pas invité le PSG”, a lâché Florentino Perez, le président du Real et instigateur de la Super League, lundi soir à la télévision espagnole.

Mais les internationaux français pourraient eux se retrouver dans ce micmac. Sur les 26 joueurs retenus mi-mars par Didier Deschamps pour disputer les premiers matchs de qualification à la Coupe du monde 2022, 15 sont concernés: Hugo Lloris, Tanguy Ndombélé, Moussa Sissoko (Tottenham), Antoine Griezmann, Clément Lenglet, Ousmane Dembélé (FC Barcelone), Ferland Mendy, Raphaël Varane (Real Madrid), Paul Pogba, Anthony Martial (Manchester United), Adrien Rabiot (Juventus), Olivier Giroud, N’Golo Kanté, Kurt Zouma (Chelsea) et Thomas Lemar (Atlético de Madrid).



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici