Maroc / Covid-19: Une fin heureuse couronne tout (docteur)

0
109


Interview par Hicham Alaoui – Il est certain que le coronavirus inonde le monde, l’étouffe et le frappe de plein fouet. Cet ennemi invisible continue sa dévastation malgré les mesures de confinement d’une ampleur inimaginable prises par tous les pays du globe. Cette situation sombre n’entrave en rien les performances de certains pays et leur capacité à freiner la propagation de ce virus et à faire face à ses terribles répercussions économiques. Certes, le Maroc est devenu un exemple dont les mesures pertinentes prises par les pouvoirs publics pour gérer cette crise lui ont valu le respect et l’admiration de la communauté internationale.

De l’avis du Docteur Mustapha Souieh, spécialiste en chirurgie oncologique et reconstructive, chirurgien émérite qui exerçait dans les trois secteurs du système de santé marocain (CHU / public, santé publique, CHU similaire et secteur libéral), le Maroc a su maîtriser la situation depuis l’apparition du premier cas le 2 mars à Casablanca, rappelant que des mesures draconiennes ont été prises par les pouvoirs publics (santé, intérieur, sécurité, etc.), sous la direction lucide de SM le Roi Mohammed VI.

Mesures d’hygiène, éloignement physique, confinement sanitaire, fermeture des frontières, annulation de rassemblements et d’événements sportifs, culturels et artistiques, création à l’initiative royale d’un fonds spécial pour la gestion de la pandémie de Covid-19, stages de suspension dans les écoles et universités, temporaires fermeture des mosquées, suspension des audiences dans les différents tribunaux du Royaume, autant de mesures efficaces qui ont permis au Maroc de maîtriser la crise sanitaire liée au coronavirus, a souligné le Dr Souieh lors d’un entretien à l’APA.

En termes de gestion de l’impact hospitalier et social de la pandémie, le Maroc a montré son côté humain et solidaire. La preuve en est que le financement du Fonds dédié à la gestion des crises s’est fait sans compromis.

Et ce n’est pas tout. Le corps médical et paramédical a déclenché l’alerte à Covid19 et les médecins militaires et civils sont allés de pair pour lutter contre cette pandémie et “faire en sorte que notre pays évite le pire avec un seul objectif, sortir avec le moins de dégâts humains surtout!”, Warmly a accueilli le Dr Souieh, maître précurseur de la médecine régénérative au Maroc et en Afrique.

Malgré les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de ces mesures drastiques, les pouvoirs publics ont su relever le défi et amener les citoyens marocains à respecter les règles et mesures décidées pour limiter la propagation du virus et atténuer ses effets sanitaires et sociaux. , at-il soutenu.

Il y a cependant des violations de l’enfermement ici et là, mais heureusement, ne concernent que certains quartiers populaires des grandes villes, constat qui ne mine en rien la volonté des pouvoirs publics de faire appliquer les mesures prises, souligne-t-il.

Côté santé, le Dr Souieh a souligné que certaines régions montrent une stabilisation voire une forte baisse du taux de contamination jusqu’à ce qu’aucun nouveau cas de Covid-19 n’ait été détecté depuis plus de 15 jours.

“C’est un signe encourageant et mérite beaucoup d’attention car il devrait servir d’exemple aux autres régions et provinces qui se trouvent encore en difficulté pour atteindre le Ro tant souhaité dans le monde entier”, a souligné le Dr Souieh.

Cela se voit clairement dans la région orientale, en particulier dans les provinces de Berkane et Jerada. A Berkane (nord-est du Maroc), aucun cas n’a été signalé depuis 15 jours, un intervalle de temps très rassurant, a noté le Dr Souieh.

Et le déconfinement?

Concernant le déconfinement, étape cruciale dans cette lutte contre la pandémie de coronavirus, le Dr Souieh recommande de commencer le déconfinement en levant les mesures sur les provinces qui n’ont déclaré aucun cas positif depuis plus de 21 jours. Pour ce faire, la population des provinces limitrophes ne doit entrer en contact avec celles déclarées libres que pour des raisons valables et autorisées par les agents de sécurité et ce après un contrôle sanitaire strict (mesure de la température et tests rapides de dépistage sur place).

Dans le cadre de ce déconfinement, les gens peuvent sortir pour faire du sport individuel ou de groupe ne dépassant pas 10 personnes ou aller à la plage, tout en portant des masques de protection et en respectant la distance physique jusqu’à nouvel ordre.

En ce qui concerne l’ouverture de certains lieux publics tels que les cafés et restaurants, elle est conditionnée par le strict respect de certaines mesures, notamment la réduction du nombre de clients tout en veillant à ce que les tables soient à au moins deux mètres éloignées, la mise à disposition du personnel café et des clients avec des solutions hydro-alcooliques et du savon sans oublier la désinfection des locaux à la fermeture.

Autre chose, les visites et les rassemblements familiaux doivent toujours être limités pour éviter le risque de contamination par des personnes qui ne présentent pas de symptômes.

Ce modèle de déconfinement proposé encouragera les habitants des autres régions à respecter les mesures dictées par le gouvernement en matière de confinement.

Grâce à un déconfinement par région et par étape, le Maroc mettra certainement fin à cet épisode pandémique avec “le moins de dégâts”, a insisté pour assurer le Dr Souieh, ancien chef de service du centre oncologique régional Hassan II à Oujda, ex-chef de chirurgie Pôle à l’hôpital Cheikh Khalifa Ibn Zayed de Casablanca et titulaire de certificats internationaux sur le traitement des cellules souches.

Et pour conclure qu’une fin heureuse implique impérativement le respect du triptyque: dépistage, identification des personnes susceptibles d’avoir été en contact avec celles testées positives et isolement des personnes infectées.



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici