MESSAGE DE SON MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES À L’OCCASSION DE LA JOURNÉE DE LA CÉLÉBRATION DE L’AFRIQUE – Niger Inter

0
180


Mesdames et Messieurs,

Le 25 mai de chaque année, la Journée de l’Afrique est célébrée à travers le continent, pour marquer l’anniversaire de la création, en mai 1963, de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) à laquelle a succédé l’Union africaine en 2002.

A l’occasion de cette célébration, de nombreuses activités et cérémonies sont généralement organisées pour la marquer de manière solennelle, mais le contexte particulier de cette année caractérisé par l’apparition de la pandémie de coronavirus et les mesures préventives prises par le gouvernement pour empêcher la propagation de cette pandémie, forcez-nous à coller à ce message.

Je profite de l’occasion offerte par la célébration de ce jour anniversaire pour rendre un vibrant hommage aux pères fondateurs de notre Organisation commune qui, dès les premières heures de l’indépendance, ont pris conscience de la nécessité d’unir leurs forces et leur énergie pour renforcer la solidarité et la coopération intra-africaine, pour favoriser l’émergence d’une Afrique unie, capable de mener la lutte pour la décolonisation totale du continent et celle d’améliorer les conditions de vie des populations.

Je voudrais également réaffirmer l’attachement du Niger à l’idéal panafricain et aux idéaux de paix, de solidarité, de coopération et de développement défendus par l’Union africaine, notamment à travers ses programmes phares pour le développement du continent tels que l’Agenda 2063, la Zone de libre-échange continentale (ZLECAF); la Vision minière africaine, le Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA), le Programme de développement agricole accéléré, AUDA-NEPAD, etc.

Mesdames et Messieurs,

Notre organisation commune, l’Union africaine, s’est engagée depuis quelques années dans un processus de réformes institutionnelles afin de rendre ses activités plus efficaces et efficientes. Ces réformes institutionnelles, confiées par ses pairs à Son Excellence Paul KAGAME, Président de la République du Rwanda visent, entre autres, à rationaliser le travail au sein des instances de l’Union africaine et à garantir son financement prévisible, sûr et durable afin de briser la dépendance des financements des partenaires extérieurs pour la mise en œuvre de ses programmes. L’adoption de la réforme des structures de la Commission par le 11e Le sommet extraordinaire qui s’est tenu les 17 et 18 novembre 2018 à Addis-Abeba permettra de recentrer les activités de la Commission vers les priorités essentielles pour le développement économique et social de l’Afrique ainsi que sur la culture des résultats.

Mesdames et Messieurs,

Parmi les programmes prioritaires pour le développement économique et social de l’Afrique, la Zone de libre-échange continentale (ZLECAF) occupe une place de choix.

Comme vous le savez, cet ambitieux programme de transformation du continent dont le leadership a été confié par ses pairs au président de la République, Issoufou Mahamadou en janvier 2017, est l’occasion pour l’Afrique de dynamiser le commerce intra-africain, de créer des chaînes de valeur et de stimuler la croissance économique et la création d’emplois.

Sous l’impulsion du Président de la République, Champion de la ZLECAF, des progrès extraordinaires ont été accomplis dans la réalisation de cet objectif. Ainsi, les négociations pour la conclusion de l’Accord ZLECAF se sont accélérées avec la signature le 31 mars 2018 à Kigali (Rwanda) de l’Accord créant la ZLECAF. Un an à peine après sa signature, l’Accord est entré en vigueur après avoir obtenu le nombre nécessaire de ratifications. Il a été officiellement lancé le 07 juillet 2019 à Niamey, lors du 12e Sommet extraordinaire spécialement dédié à cet effet.

Les négociations des phases II et III de l’accord de la ZLECAF sur les investissements, la politique de concurrence et les droits de propriété intellectuelle débuteront sous peu.

C’est le lieu pour moi d’exprimer, au nom du Champion de la ZLECAF, le Président de la République Issoufou Mahamadou, notre gratitude à tous ceux qui, particuliers ou organisations, ont contribué à ce succès.

Mesdames et Messieurs,

Tous ces grands projets pour le continent ne peuvent être mis en œuvre efficacement que si la paix et la sécurité sont garanties en Afrique. Malheureusement, en termes de paix et de sécurité, la situation reste préoccupante en Afrique. En effet, certaines parties du continent, notamment la région du Sahel, le bassin du lac Tchad, la Corne de l’Afrique et une partie du Maghreb sont confrontées à une recrudescence des attentats terroristes et des conflits fratricides.

À cet égard, le thème de l’année 2020 adopté par l’Union africaine intitulé “Faire taire les armes à feu en Afrique: créer les conditions propices au développement” est plus que jamais d’actualité. Il est impératif que les armes se taisent sur le continent, condition essentielle à tout développement. L’Afrique est le continent avec le plus grand nombre de points chauds.

J’appelle donc tous les pays africains à faire de la paix et de la sécurité une préoccupation majeure et à faire tout leur possible pour que les armes soient finalement réduites au silence en Afrique.

Vive l’Afrique unie et prospère

Vive le Niger

Je vous remercie





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici