MNSD Nassara: le congrès extraordinaire prévu samedi 15 août suspendu en résumé

0
34


Le congrès extraordinaire du MNSD Nassara pour l’investiture du secrétaire général du parti n’aura pas lieu. Saisi par l’ancien titulaire du poste, le ministre Tidjani Abdoulkadri, le juge en référé vient d’ordonner la suspension du Congrès jusqu’à l’intervention d’une décision définitive de fonds dans l’affaire qui oppose désormais le MNSD Nassara à l’ancien secrétaire général du parti .

Transfert d'argent Zeyna bis

C’est un nouveau coup dur pour «Baobab», le parti de Seyni Oumarou, qui s’est activement préparé, et après plusieurs mois de crise interne, à cette réunion du samedi 15 août 2020. Ce 14 août, la veille du Congrès et tout en les différentes délégations sont en route pour Niamey, la décision du juge en référé du tribunal de grande instance de Niamey, évoquée par l’ancien secrétaire général Tidjani Abdoulkadri, a tout remis en cause. Dans son ordonnance, le juge a reçu l’action du requérant et a ordonné au MNSD Nassara de “Suspendre la tenue du congrès d’investiture extraordinaire du secrétaire général du parti prévu le 15 août 2020 à Niamey, jusqu’à l’intervention d’une décision judiciaire définitive sur le fond sur le recours introduit par le requérant contre la décision de rejet de sa candidature par le comité de vérification des candidatures et des mandats ».

Malgré ses revers politiques au niveau de la sous-section Dakoro vis-à-vis de M. Mahaman Doutchi ainsi qu’au niveau de la justice avec le dernier arrêt de la cour d’appel de Zinder qui est toujours favorable à ce dernier, le ministre Abdoulkadri Tidjani n’a pas l’intention de céder et veut à tout prix rester au poste de secrétaire général du parti. Le délai donné à la section pour se mettre d’accord sur un nom depuis le Congrès ordinaire du 23 mars 2019 à Tahoua est expiré depuis plusieurs mois sans qu’un consensus ne soit trouvé au niveau de Maradi. C’est d’ailleurs sur cette base que la commission a rejeté les deux candidatures de la section à ce poste stratégique qui devait en principe lui appartenir. Selon nos informations, Mahaman Doutchi qui a les faveurs des textes du parti et surtout de la section Dakoro, qui est la seule à avoir présenté un candidat au poste, a décidé malgré tout de ne pas engager de poursuites judiciaires suite à la validation de Zinder’s seule candidature au poste de SG, il a donc dit de ne pas impacter les préparatifs du parti pour les prochaines élections. Sauf que l’ancien secrétaire général ne l’entend pas ainsi et entend porter ses arguments devant les tribunaux.

Avec ce nouveau drame juridique, l’ancien parti au pouvoir de 2000 à 2010 sous Tandja Mamadou et le 5e République, restera quelque temps sans véritable bureau politique national à l’approche des élections générales. Ce n’est pas la première fois depuis que le parti a perdu le pouvoir en 2010 que le MNSD Nassara traverse une crise majeure et parvient à se remettre relativement bien malgré la perte d’importants militants. Cette fois, cependant, la crise survient au moment le plus inopportun, à la veille d’une élection générale importante. Depuis les élections de 2011, la version du MNSD Nassara Seyni Oumarou a continué de battre en retraite dans le domaine électoral comme en témoignent ses résultats de 2016. Avec cette crise, le moins que l’on puisse dire, c’est que les différents protagonistes risquent de porter le coup politique fatal à l’ancien parti-État!

A.Y.B (actuniger.com)





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici