MODEN Lumana: une cotisation pour les militants pour payer la caution du candidat présidentiel du parti

0
45



Des militants du MODEN Lumana / FA de Niamey ont lancé samedi dernier, une initiative visant à lever la somme de 20 millions de francs CFA pour payer la caution de leur candidat à la prochaine élection présidentielle. Une première au Niger, bien que le principal parti d’incertitude pèse toujours sur le candidat désigné du principal parti d’opposition politique.

Transfert d'argent Zeyna bis

Il s’agit d’une initiative assez nouvelle mais conforme aux textes en vigueur qui viennent d’être lancés par des militants et sympathisants du Mouvement démocratique pour un parti de la Fédération africaine (MODEN / Lumana) de la coordination régionale de Niamey. Réunis en assemblée générale le samedi 11 juillet 2020 au siège du district d’Arewa, ils ont tout simplement décidé de lancer une levée de fonds par des contributions afin de prendre en charge la garantie électorale de 20 millions de francs CFA de leur candidat à la prochaine présidentielle. Sous la direction du président de la coordination régionale, le député Soumana Sanda, les militants du parti de l’ancien Premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale, Hama Amadou, les militants de Lumana se sont immédiatement joints à l’acte en payant le premiers fonds sur place. Aussitôt annoncées, d’autres militants du parti, notamment ceux de la diaspora, ont rejoint l’initiative qui, selon ses parents, sera étendue aux structures des autres coordinations municipales et régionales du parti.

Un exemple louable de transparence et de moralisation de la vie politique

Ce n’est pas la première fois que le Lumana se distingue par de telles initiatives qui ont suscité beaucoup de commentaires sur le web. En novembre 2016, c’est lors d’une réunion à Treichville, un quartier d’Abidjan en Côte d’Ivoire que Hama Amadou, alors en exil, a lancé l’initiative de ” militant actif du parti “, Et qui consistait à faire payer les contributions de l’opération du parti aux militants. “Dire que le président d’un parti va obtenir l’argent pour diriger le parti n’est pas une bonne chose et si nous disons cela, notre parti n’aura pas d’avenir. J’entends aussi des gens dire que quand je vais à la coordination d’un parti, c’est moi qui donne de l’argent aux coordinateurs. Dieu est témoin, ils sont tous là, je n’ai jamais donné un seul franc à l’un d’eux. Quoi qu’ils dépensent, ils le sortent de leurs poches. Et ils le font parce qu’ils aiment Lumana, parce qu’ils aiment Hama Amadou, parce qu’ils aiment le Niger, parce qu’ils ont pitié des militants et des sympathisants qui les ont rendus responsables de leur coordination “Dit Hama Amadou, qui à l’époque assumait la présidence de son parti. Cette fois, l’initiative vient d’une structure de parti alors que la candidature à la prochaine élection présidentielle de l’ancien allié du président Issoufou, de 2011 à 2013, est devenue discutable car de sa peine à un an de prison dans le soi-disant cas de “Bébés importés”. Une condamnation qui, en vertu des dispositions actuelles du code électoral, en particulier de son article 8, le disqualifie de se présenter aux élections présidentielles même s’il reste le candidat investi par son parti.

Quoi qu’il en soit, l’initiative est louable, en particulier pour un parti d’opposition. Au nom de la transparence et de la moralisation de la vie politique. Le Code électoral et la charte des partis politiques stipulent que les fonds des partis politiques doivent provenir essentiellement, et en plus de la subvention de l’État, des contributions de leurs membres. En cela, il faut reconnaître que le parti de Hama Amadou a donné l’exemple, en toute transparence.

A.Y.B (actuniger.com)





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici