Mohamed Ben Omar, première victime de Covid-19 au gouvernement – Niger Inter

0
61


Première victime de covid-19 au sein du gouvernement, Mohamed Ben Omar est décédé dimanche 3 mai à l’hôpital de référence de Niamey, à l’âge de 55 ans. Grand orateur avant l’éternel, Ben Omar est un homme politique qui a marqué l’échiquier politique nigérian d’Ibrahim Baré De l’ère Mainassara à nos jours. Président du Parti social-démocrate, il a été plusieurs fois membre du gouvernement nigérien et occupe actuellement le portefeuille du ministère de l’Emploi, du Travail et de la Protection sociale.

Wikipédia résume sa vie en ces termes: «De 2000 à 2004, il a été professeur d’histoire géographique au Lycée Franco-arabe LFA de Niamey. De 2004 à 2007, il a été ministre chargé des relations avec les institutions. Il a également été porte-parole du gouvernement. De 2007 à 2009, il a été ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. Du 14 novembre 2009 au 18 février 2010, Ben Omar a été 4e vice-président de l’Assemblée nationale de la 6e République. De mars 2011 à avril 2016, il a été 4e vice-président de l’Assemblée nationale de la 7e République3.Il a été ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation d’avril 2016 à avril 2017. Enfin, depuis le 27 avril 2017, il est Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Protection sociale. Il est également un leader politique et préside le Parti social-démocrate PSD Bassira depuis le 5 décembre 2015. “

Dans un message via twitter, le président Issoufou a déclaré: “C’est avec un cœur touché que je viens d’apprendre aujourd’hui le rappel à Dieu du ministre de l’emploi Mohamed Ben Omar. Dans cette douloureuse circonstance, je présente mes sincères condoléances au peuple de Niger, leurs familles et leur parti politique. Que son âme repose en paix. Amen ”.

Mohamed Ben Omar a hérité de la loyauté de sa vie syndicale étudiante, cette “déformation professionnelle” qui consiste à défendre sa conviction ou sa passion jusqu’au sacrifice ultime. En cela, même politiquement, nous pouvons blâmer Ben Omar pour tout sauf l’hypocrite. Il est avec vous, vous pouvez compter sur lui pour n’importe quel test.

En ce sens, ses différents rôles sous Ibrahim Baré Mainassara, sous Tandja Mamadou dans la gestation de la tazarce et dans le Mouvement pour la Renaissance du Niger (MRN) démontrent suffisamment la pugnacité et l’énergie du défunt pour mettre en avant ses arguments et la défense cause.

Son sens du leadership l’a amené à créer son propre parti politique, le Parti social-démocrate (PSD Bassira) face à la léthargie et au laxisme du RDP jamaïcain. Ben Omar, qui a une ambition pour le Niger, avait besoin d’un cadre plus libre et plus enclin au dialogue pour porter ses propositions et ses choix vers un Niger émergent.

Comme un avocat des grandes entreprises, Ben Omar ne méritait aucun crédit, même dans son ultime combat contre le Covid-19. Les internautes partagent leur communication depuis hier pour alerter leurs concitoyens du danger de cette pandémie, qui n’a ni vaccin ni remède. Le coronavirus a fini par emporter ce grand patriote.

Grand patriote, Ben Omar l’a prouvé lors de ses différents mandats. Nous l’avons entendu vaillamment défendre l’équité dans la redistribution de nos ressources, notamment pétrolières, au profit des populations locales. Les Nigérians l’ont entendu très reconnaissant à la mère patrie. “Le Niger m’a tout donné”, a-t-il insisté. Un geste de reconnaissance assez rare au sein du landerneau politique nigérien.

Hier, les images de cet homme avaient inondé les réseaux sociaux, ce qui prouve bien qu’il fait l’unanimité dans l’opinion publique nationale. Mort de Covid-19 et au milieu du Ramadan, nous prions qu’Allah accepte ses bonnes œuvres et pardonne ses péchés. De Dieu nous venons, à Lui nous reviendrons!

L’écriture





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici