“Nous avions jugé nécessaire de mener des actions de sensibilisation pour amplifier les efforts du gouvernement dans la lutte contre la propagation du COVID-19”, précise Garba Altiné Sanoussi – Le Sahel

0
56


Partager c’est aimer!

Depuis l’avènement de la pandémie de Covid 19, l’État s’est fortement mobilisé à travers ses différentes branches en prenant une série de mesures pour limiter la propagation de la pandémie et protéger les populations. C’est dans ce contexte que le Niger School Union de l’Université de Diffa a créé un comité de sensibilisation contre la pandémie de Covid pour soutenir les efforts de l’Etat et des partenaires. Dans cet entretien, le SG de l’UENUDA de Diffa évoque les actions menées par le comité.

Avec l’avènement de la pandémie de Covid 19, votre structure a créé un comité de sensibilisation. Qu’est-ce qui vous a motivé à mettre en place une telle structure?

En effet, alors que le monde en général et notre pays en particulier étaient confrontés à cette pandémie qui a fait de nombreuses victimes et qui continue de le faire, nous avons ressenti le besoin de créer un comité pour sensibiliser le public à la pandémie de coronavirus. Comme nous avons déjà un Peace Club à l’Université de Diffa, nous n’avons eu aucune difficulté à mettre en place le nouveau comité. Ce comité devait nous permettre d’intensifier les messages d’alerte dans la ville de Diffa et certains départements de la région. En effet, nous avons jugé nécessaire de lancer cette initiative pour amplifier les efforts du gouvernement dans cette lutte pour limiter la propagation du COVID-19. Avant d’entrer dans les détails, permettez-moi de remercier encore une fois la Direction Régionale de la Santé Publique (DRSP) qui nous a aidés à faire face à cette pandémie en désinfectant nos milieux de vie et d’étude, tout en nous dotant d’appareils de lavage des mains et de bavoirs pour permettre à la communauté universitaire de limiter la propagation du virus en son sein. Nous remercions le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) qui vient de mettre des dossards à la disposition des enseignants et des étudiants afin qu’ils puissent mener leurs activités académiques en toute sécurité.

Nous avons commencé par une série de rencontres avec notre administration rectorale qui a à juste titre apprécié notre initiative tout en nous donnant des conseils pour bien mener nos activités. Ensuite, nous avons procédé à la configuration de notre comité qui est composé de 10 membres. Nous avons défini notre méthode de travail afin de pouvoir transmettre clairement le message à la population. C’est ainsi que nous avons développé des images qui résument les messages sur les mesures de barrière recommandées par les autorités. Ce sont des images qui illustrent l’importance de porter des bavoirs ainsi que la distance sociale, des images qui montrent les mesures à respecter, en particulier le lavage des mains, l’interdiction des salutations avec des poignées de main, ainsi que la façon dont nous pouvons nous comporter dans cette situation.

Quels sont les résultats enregistrés par ce comité au sein de la communauté universitaire?

Il y a, au sein de la communauté universitaire, un sentiment de conscience, de discipline, de vigilance mais aussi de solidarité entre les étudiants car en réalité nous avons bien développé cette idée de «mieux vaut mieux que guérir», et nous avons créé le les meilleures conditions pour donner un bon exemple à la population de la région de Diffa en particulier et même à l’ensemble de la population nigérienne en général. Entre autres résultats, la désinfection des bureaux et des salles de classe de l’Université, le respect strict et total des gestes de barrière et des règles d’hygiène par l’ensemble de la communauté universitaire, la formation à la reconnaissance des signes évidents de COVID-19, etc.

Quelles activités envisagez-vous pour soutenir l’État dans la lutte contre Covid19?

Après la mise en place du comité, nous avons ciblé des groupes de personnes afin de les sensibiliser. C’est ainsi que nous nous sommes rendus pour la première fois dans le quartier “Recasement” de la ville de Diffa. Ici, nous avons ciblé un groupe de femmes au milieu d’une rencontre avec laquelle nous avons sensibilisé; puis au grand marché de la ville où nous avons visité l’endroit. Nous avons continué dans les services de transfert d’argent en particulier (banques et agences de transfert d’argent) et les pharmacies. Notre sensibilisation s’est étendue au niveau des mairies de Diffa, Chétimari et Goudoumaria. Et à chaque endroit, nous laissons les images illustrées après une longue explication.

Je saisis cette occasion pour exprimer notre gratitude à tous ceux qui nous soutiennent dans cette initiative. Il s’agit notamment du Gouverneur de la Région de Diffa pour sa disponibilité constante à nous soutenir dans notre formation académique, de l’administration régionale pour sa forte implication et du Recteur Pr Ali Mahamane, pour les multiples efforts dont notre structure bénéficie en cas de besoin.

Réalisé par Mato Adamou ONEP Diffa



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici