PAN Ousseini Tinni: “Le droit à la liberté ne peut pas être un obstacle incontournable aux missions d’intérêt général” (Discours à l’issue de la session de lois)

0
115



L’Assemblée nationale a fermé ses portes mercredi 1euh Juillet 2020, les travaux de sa première session ordinaire de l’année 2020 dite session des lois. A cette occasion, le président de l’Assemblée nationale, Ousseini Tinni, a prononcé un discours de clôture dans lequel il revient sur les principaux textes adoptés par la représentation nationale lors de cette session.

Transfert d'argent Zeyna bis

Dans son discours, le président de l’Assemblée nationale a ainsi reconsidéré l’adoption de la loi relative à l’interception de certaines communications transmises par voie électronique. “Nous aurions pu éliminer la controverse qu’elle a suscitée”, a déclaré Ousseini Tinni, pour qui, “Comme chacun d’entre nous le sait, le droit à la liberté ne peut être un obstacle incontournable aux missions d’intérêt général, notamment celles relatives à la sécurité nationale, à la sauvegarde de l’ordre public, à la sécurité sanitaire”. Le président Tinni a en ce sens souligné que, «Dans le contexte sécuritaire qui est le nôtre aujourd’hui, où le défi est de débusquer et de combattre les pires ennemis de la liberté, nous devons encadrer certaines libertés afin de ne pas oublier aucune faille d’où nous pourrions infiltrer pour nuire à l’État et à la gens’.

Voici l’intégralité du discours prononcé par le président Ousseini Tinni, à l’occasion de la clôture de la 1ère session ordinaire de l’Assemblée nationale pour l’année 2020:

Excellence le Premier ministre, chef du gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions de la République;

Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement,

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des organisations internationales,

Honorables collègues,

Honorables chefs traditionnels et religieux,

Mesdames et Messieurs,

Je ne peux cacher ma joie de voir notre hémicycle retrouver son atmosphère habituelle de cérémonie de clôture! Avec moi, tous les députés sont heureux de voir que l’extrême sobriété de l’ouverture de notre session est suivie de ces chaleureuses retrouvailles où nous avons grand plaisir à rencontrer des personnalités dont la présence rehausse le prestige de nos réunions solennelles. Je voudrais donc, au début de cette déclaration, leur dire notre amitié et tous nos remerciements pour la considération qu’ils témoignent à l’Assemblée nationale et, au-delà, à tous les Nigériens.

Distingués invités, si aujourd’hui nous pouvons nous rencontrer ici, célébrer la République et la Démocratie, c’est parce que nous sommes sur le point de gagner une bataille épique contre l’ennemi de toute l’humanité, la pandémie du virus corona!

Cependant, nous ne pouvons pas oublier ceux que cette pandémie a ôtés à notre affection. Ce fut le cas de notre collègue ISSOUFOU AMADOU MAIFADA, ce fut le cas du Ministre OMAR BEN MOHAMED, ce fut le cas d’autres compatriotes moins connus mais tout aussi chers au cœur de la Nation et de l’Etat. Pour toutes ces victimes du virus mortel, je vous demande de réciter une prière pour leur repos éternel. Je vous remercie.

Distingués invités, le carnage annoncé haut et fort ne s’est pas produit! Nous remercions Allah, le Tout-Puissant, le miséricordieux, protecteur des croyants qui lui font confiance.

Nous remercions le Président ISSOUFOU MAHAMADOU dont la capacité d’anticipation nous a permis de faire face avec une grande efficacité aux premiers chocs de l’arrivée du virus dans notre pays. Jamais, peut-on dire, la parole d’Adolphe Thiers, qui affirme que «gouverner, c’est prévoir» n’a pas pris autant de sens et de contenu!

L’État a pu rester calme, la population apaisée et les professionnels ont pu se rendre au travail. Puis, quand malgré toutes les précautions prises, des cas ont été enregistrés, sans panique, avec un sang-froid remarquable, ceux-ci ont été pris en charge avec des moyens humains, matériels et financiers que nous ignorions. capable. Surtout, il y a cet engagement et ce courage dont a fait preuve le Gouvernement et toutes les équipes qu’il a mises en place. Nous leur sommes tous redevables aujourd’hui.

Distingués invités, nous devons remercier les plus hautes autorités de l’État de nous avoir sauvés du chaos annoncé par les cassanders. Cependant, nous devons avoir une pensée forte, une reconnaissance émotionnelle pour la profession médicale qui continue d’être au premier plan de la réponse. Ainsi, comme en temps de guerre, le salut de la multitude repose sur l’engagement d’un petit groupe …

Dans l’exercice de leurs nobles métiers, les membres de ce corps ont été contaminés, ils ont connu le stress, la fatigue, l’impatience des malades et de leurs familles. Mais, en tant que professionnels accomplis, ni le doute ni le découragement ne peuvent les distraire de leurs engagements. Ni la stigmatisation ni la peur ne les ont empêchés de poursuivre la mission salutaire de protéger leur pays et leurs semblables.

Pour nos vaillants soldats de la santé dont le travail acharné permet à tout un pays d’espérer et de poursuivre sa marche en avant, les remerciements ne suffisent pas; il faut plutôt un triomphe!

Mesdames et Messieurs, il y a certainement des leçons à tirer de cette pandémie; pour moi, la première est celle qui doit nous pousser à ramener le monde aux fondamentaux de la vie humaine qui sont notamment la solidarité, la générosité, la fraternité et la tempérance. La mondialisation et le multilatéralisme doivent être revisités pour créer de nouveaux paradigmes économiques, sociaux et écologiques capables d’assurer une sauvegarde générale face aux défis imprévisibles.

Il est également urgent que l’économie réelle surpasse l’économie spéculative; il est aussi temps d’enseigner à nos enfants à distinguer le vrai du superficiel et à les guider vers des rêves studieux et la grandeur, des rêves de sacrifice et d’altruisme, des rêves d’altruisme!

Monsieur le Premier ministre, je viens de dire que votre gouvernement a été en mesure de faire face efficacement à la pandémie. Pour le reste, la Représentation nationale compte sur la même efficacité pour que les mesures les plus appropriées soient prises pour relancer l’économie nationale, renforcer la résilience des populations vulnérables et maintenir la vigilance.

Par ailleurs, à l’avenir, pour mieux préparer notre pays à faire face à toute menace sanitaire majeure, la Représentation nationale exhorte le Gouvernement à créer, en bordure de tous les grands centres urbains de notre pays, des centres d’isolement pour compenser toute possibilité de forte contagion. maladies.

Chers invités, Mesdames et Messieurs, la pandémie du virus corona, malgré la place qu’elle occupe encore dans nos esprits, n’a pas été le seul élément du contexte qui a marqué le cours de cette session qui s’achève.

Ainsi, la question du terrorisme est toujours d’actualité. Il faut cependant noter avec satisfaction que les forces du mal reculent de plus en plus sur tous les fronts. Nous devons être reconnaissants aux Forces de défense et de sécurité et à la détermination des plus hautes autorités de l’État. Nous devons également saluer l’engagement de plus en plus décisif de nos partenaires extérieurs, dont les moyens d’action efficaces ont récemment permis de frapper l’ennemi au sommet de leur commandement.

En ce qui concerne la saison agricole, la Représentation nationale soutient les objectifs du plan de campagne agro-pastorale tels que définis par le ministre en charge du secteur à l’occasion d’une question d’actualité. En effet, si les intrants agricoles et les équipements nécessaires sont mis à disposition et accessibles aux producteurs, la moitié du chemin est fait, à condition que les bonnes précipitations soient là!

Cependant, comme cela a été dit et répété, notre véritable souveraineté alimentaire dépend des réformes structurelles selon lesquelles l’agriculture doit être définitivement à l’abri des aléas climatiques et des méthodes agricoles archaïques.

À cet égard, la Représentation nationale réitère son soutien franc et massif à l’initiative 3N dans sa vision prospective.

En ce qui concerne les écoles, la Représentation nationale encourage vivement le gouvernement dans sa volonté de sauver l’année en cours, malgré les longues perturbations causées par la réponse au Covid19. Elle fait donc appel à la sagesse et au sens des responsabilités de tous les acteurs pour que les solutions pratiques envisagées puissent être appliquées avec succès. Il invite également le gouvernement et les partenaires sociaux à trouver un équilibre pour éviter que la situation scolaire et universitaire déjà préoccupante ne se dégrade.

Distingués invités, Mesdames et Messieurs, pour conclure la session qui s’achève, je dirais que malgré le contexte qui a rendu son démarrage très difficile, cette session aura obtenu d’excellents résultats. Ainsi, au total, plus de trente projets de loi et propositions législatives ont été examinés et adoptés, sans oublier la tenue du traditionnel débat d’orientation budgétaire.

Quant à ce débat, nos discussions ont été de grande qualité! En commission comme en plénière, le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2021-2023 a été disséqué afin de donner aux députés les moyens d’appréhender les fondements de la prochaine loi de finances ainsi que les perspectives économiques nationales pour les trois prochaines années. Ce faisant, c’est un aperçu général de la situation de l’économie nigériane qui leur est apparue, avec ses potentialités ainsi que ses contraintes.

À cet égard, au cours du débat, se félicitant des bonnes performances enregistrées par les finances publiques au cours des périodes précédentes 2017 et 2019, malgré le contexte sécuritaire assez tendu, les députés ont notamment insisté sur les mesures nécessaires. inverser la conjoncture plutôt défavorable de l’année 2020.

En effet, comme je viens de le mentionner, si en termes de santé publique, les conséquences de covid19 restent assez gérables, en matière économique par contre, les impacts se traduisent par une décélération de la croissance d’environ 5 points.

Mais, rassurés sur la perspective d’un retour à la croissance dès l’année prochaine, sur la base d’hypothèses réalistes, la grande majorité des députés a approuvé l’orientation que le gouvernement propose de donner au budget pour la période 2021-2023.

Pour les députés, l’enjeu majeur est de développer une chaîne de valeur dans des secteurs porteurs, notamment à travers une réforme majeure du secteur primaire qui reste improductive au regard des investissements importants consentis sur plusieurs décennies.

Cependant, dans l’immédiat, ils encouragent fortement la réduction de la taxation des intrants agricoles afin d’augmenter la production.

Distingués invités, concernant l’aspect législatif, de notre session, en plus d’une dizaine de ratifications, il y avait des lois structurantes comme la modification du code pénal, la création d’un statut de pompier, le projet de loi relatif à la Cour des comptes etc.

Il sera sans doute nécessaire de mentionner pour la première fois le projet de loi modifiant la loi de finances 2020. C’est l’une des conséquences directes de la pandémie que j’ai mentionnée plus tôt. En effet, avec le ralentissement économique induit par toutes les mesures de riposte contre la fameuse pandémie, les effets d’entraînement sur les finances publiques étaient inévitables. Certains se sont même interrogés sur les voies et moyens qui pourraient éviter à notre pays de graves tensions financières sur de longues périodes. Heureusement, grâce aux efforts méritoires de mobilisation des ressources internes et externes, le spectre du déficit catastrophique a été évité. Ainsi, le gouvernement, à travers le collectif budgétaire a pu trouver les moyens de compenser les pertes de recettes de l’ordre de cent quatre vingt dix neuf milliards par rapport aux prévisions du budget initial.

En ce qui concerne les lois relatives à la prolongation de l’état d’urgence dans certaines parties de notre pays, les députés, tout en les adoptant de bonne grâce, ont effectué des missions d’évaluation spéciales pour assurer leur efficacité sur le terrain.

Quant aux débats sur la loi relative à la répression des infractions en matière de gestion des engrais, ils ont été l’occasion pour les députés de développer des plaidoyers afin que la gouvernance des engrais se fonde sur la situation réelle des besoins et du pouvoir d’achat des producteurs ruraux .

Distingués invités, en ce qui concerne la loi relative à l’interception de certaines communications transmises par voie électronique, je pense que nous aurions pu éviter la controverse qu’elle a suscitée.

Comme chacun de nous le sait, le droit à la liberté ne peut être un obstacle incontournable aux missions d’intérêt général, notamment celles relatives à la sécurité nationale, à la sauvegarde de l’ordre public, à la sécurité sanitaire.

Dans le contexte de sécurité qui est le nôtre aujourd’hui, où le défi est de débusquer et de combattre les pires ennemis de la liberté, nous devons encadrer certaines libertés afin de ne pas oublier tout défaut où vous pouvez vous infiltrer pour nuire à l’État et au peuple.

Distingués invités, quant à la loi relative au système de transport des hydrocarbures par pipeline entre le Niger et le Bénin, elle a été accueillie et examinée avec beaucoup d’enthousiasme par les députés en raison de la charge émotionnelle qui porte le projet pétrolier au Niger. Cette loi répond à l’impatience légitime de nos compatriotes de voir l’exportation du pétrole apporter une contribution décisive aux efforts globaux qui nous conduisent résolument à l’émergence. En effet, ce projet et celui du barrage de KANDADJI, qui nous tiennent en haleine depuis longtemps, cristallisent le ferme espoir des Nigériens de voir leurs conditions de vie s’améliorer de façon irréversible.

Distingués invités, Nous pouvons donc dire qu’en dépit de la lourdeur que COVID19 a eue sur notre session, dans l’ensemble, ses résultats restent globalement dans la norme habituelle de nos réunions. Je voudrais également remercier sincèrement tous les Membres pour leur diligence et pour le sens élevé du devoir qui leur a fait accepter les conditions assez spécifiques dans lesquelles notre travail s’est déroulé.

Je voudrais également remercier le personnel administratif qui, malgré la limitation de son personnel, a fait preuve d’efficacité. Enfin, je voudrais saluer chaleureusement la presse qui nous accompagnait malgré les conditions de travail difficiles auxquelles nous avons dû soumettre ses dirigeants.

Maintenant, il me reste à espérer que la campagne agricole sera bonne pour tous les producteurs ruraux afin que les conséquences de la pandémie du virus corona soient rapidement maîtrisées et que notre croissance économique retrouve son dynamisme.

Avec ce souhait, distingués invités, chers collègues, je déclare close la première session ordinaire de 2020.

Vive la République,

Vive le Niger,

Je vous remercie.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici