Paris et Marseille entrent dans la zone rouge

0
37



Publié le:

La capitale et le département des Bouches-du-Rhône sont depuis vendredi classés comme “zones actives” au vu de la circulation “inquiétante” du Covid-19 sur leur territoire. Les préfets peuvent interdire la circulation des personnes et des véhicules, ainsi que l’accès aux moyens de transport collectifs dans certaines zones.

La circulation du virus s’intensifie. Paris et le département des Bouches-du-Rhône sont désormais classés comme «zones actives» pour la circulation du Covid-19, selon un arrêté publié vendredi 14 août au Journal officiel, qui permettra aux préfets concernés de prendre des mesures plus restrictives .

Avec 2669 nouvelles contaminations en l’espace de 24 heures, les chiffres publiés jeudi par l’agence française de santé publique (SPF) montraient que la progression du virus en France avait atteint son plus haut taux depuis la fin du confinement. Il faut remonter au 27 avril pour trouver la trace d’une augmentation plus sévère des cas sur une journée.

“La situation est préoccupante: tous les indicateurs continuent d’augmenter et la transmission du virus Sars-CoV-2 augmente”, a déclaré la direction générale de la santé (DGS) dans un bulletin hebdomadaire publié jeudi.

Dès lundi, la direction générale de la santé avait signalé que «la circulation du virus s’intensifie, notamment chez les jeunes et dans certaines régions, dans les métropoles de Paris et de Marseille». Le port du masque est déjà obligatoire depuis samedi dans plusieurs quartiers très fréquentés de Marseille et depuis lundi dans «les quartiers à forte concentration de population» de la capitale.

Lire aussi >> Quelles sont les villes de France où le masque est obligatoire en extérieur?

Concrètement, le classement des deux agglomérations en zone active du virus permet aux préfets d’interdire la circulation des personnes et des véhicules, ainsi que l’accès aux moyens de transports collectifs dans certaines zones, précise la loi du 9 juillet organisant la sortie d’état d’urgence sanitaire.

Les autorités peuvent également ordonner la fermeture temporaire d’une ou plusieurs catégories d’établissements ouverts au public ainsi que des lieux de rencontre, bars ou restaurants notamment.

Afin d’éviter une nouvelle flambée épidémique, le gouvernement a demandé aux préfets et aux élus locaux de “prolonger au maximum l’obligation de porter un masque dans les espaces publics”, avait précisé le Premier ministre, Jean Castex, assurant que “si nous ne réagissez pas collectivement, nous nous exposons à un risque élevé de reprise épidémique “.

Avec l’AFP et Reuters



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici