Pékin menace Londres si les Hong Kongais obtiennent la nationalité britannique

0
104



Publié le: Modifié:

L’ambassade de Chine à Londres a annoncé jeudi que Pékin prendrait des “mesures adéquates” si le Royaume-Uni élargissait l’accès à la citoyenneté britannique aux résidents de Hong Kong.

Le ton se durcit entre Pékin et Londres autour de la question de Hong Kong. L’ambassade de Chine à Londres a annoncé jeudi que le pays prendrait des “mesures adéquates” si le Royaume-Uni élargit l’accès à la citoyenneté britannique aux résidents de la région autonome, en raison de la loi sur la sécurité nationale adoptée. 30 juin.

“Si la partie britannique modifie unilatéralement la règle actuelle, cela constituerait une violation de sa propre position et du droit international”, a déclaré l’ambassade dans un communiqué. “Nous nous y opposons fermement et nous réservons le droit de prendre des mesures adéquates”, a ajouté le communiqué de presse, sans donner plus de détails.

Mercredi, moins de 24 heures après l’entrée en vigueur de la loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin à Hong Kong, la police a procédé aux premières arrestations en vertu de ce texte qui rend la justice chinoise compétente pour les délits les plus graves dans ce domaine.

“Passeport britannique d’outre-mer”

Le Royaume-Uni a annoncé mercredi un plan visant à étendre les droits d’immigration des résidents de Hong Kong au motif que la loi imposée par Pékin constituait une violation de l’autonomie de l’ancienne colonie britannique. Ce territoire avait été restitué à la Chine en 1997, à condition que certaines libertés, ainsi que l’autonomie judiciaire et législative, soient préservées pendant 50 ans.

Londres prévoit de modifier les conditions attachées au “passeport britannique d’outre-mer”, afin de les rendre plus favorables et de permettre à leurs titulaires de venir vivre et travailler au Royaume-Uni.

Il y a environ 350 000 détenteurs de ce passeport, un chiffre qui a presque doublé depuis le début du différend à Hong Kong contre le gouvernement central à Pékin il y a un an. Mais 2,9 millions d’autres Hong Kongais, nés avant 1997, sont éligibles pour obtenir ce document.

Plusieurs autres pays occidentaux, dont 27 membres du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, ont condamné la nouvelle loi sur la sécurité, craignant qu’elle ne réprime toute opposition politique.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici