Personne ne peut prévaloir sur sa propre turpitude … – L’innovation au service de l’information pour mieux informer.

0
273


Les leçons de la démocratie et de l’État de droit doivent d’abord passer devant leurs propres portes avant d’aller ailleurs. En effet, dans un communiqué de presse du 12 juin 2020, l’avocat composé de M. Sani Mahamadou Issoufou, rappelle à l’opinion nationale et internationale que la liberté d’expression inscrite dans la constitution ne peut permettre à personne de propager, sans fondement, des propos calomnieux et scandaleux .

On ne peut pas se cacher éternellement derrière un écran de journalisme quand on se moque follement de l’éthique et de la déontologie qui caractérisent la noblesse du journalisme.

Les vrais journalistes doivent protéger leur profession en abandonnant l’hypocrisie afin d’éliminer les mauvaises pommes qui rendent de plus en plus le journalisme méconnaissable.

Avant d’être Dircaba du Président de la République, M. Sani Mahamadou Issoufou est citoyen comme tous les autres citoyens de ce pays et en tant que tel, il a déposé une plainte pour constitution de partie civile entre les mains du doyen des magistrats du TGI / HC de Niamey afin que les conséquences juridiques puissent être tirées.

Pour M. Yacouba Boulama, la diffamation est la limite de la liberté d’expression.

Par Tamtam Info News



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici