photo de l’arrestation de la communauté noire “mauritanienne George Floyd” en colère

0
46


Selon Hamza Jaafar, ce comportement du ministère prouve que les autorités veulent censurer toute controverse autour de ce sujet:

S’il n’y avait pas eu le cas de George Floyd, le geste de la police aurait pu passer inaperçu: les agents des forces de l’ordre avaient l’habitude d’agresser des citoyens lors de leurs arrestations. Cette fois, des blogueurs proches du gouvernement ont commencé à justifier cette arrestation musclée en disant qu’il s’agissait d’un délinquant qui avait agressé la police avant de s’enfuir. Ils ont même publié des images montrant qu’un des policiers aurait été blessé à la main.


La publication de Hamid Oueld Mohammed, suivie de 38 000 abonnés sur Facebook, prétend montrer la main de l’un des deux policiers qui auraient été agressés par la personne arrêtée.

D’autres blogueurs favorables aux autorités mauritaniennes, comme Mohamed Lamine Abd Eddayem, ont quant à eux estimé que la police avait été victime d’une campagne de diffamation.


“Le jeune homme est-il mort ? non, il n’est pas mort, c’est (juste) une méthode pour arrêter les voleurs, qu’ils soient noirs ou blancs. La comparaison de cette image avec ce qui s’est passé avec George Floyd n’est pas raisonnable et la comparaison entre la Mauritanie et les États-Unis est un crime … “, commente ce blogueur considéré par Hamza Jaafar comme étant proche des services de sécurité.

Selon le site d’information mauritanien Al-Akhbar, l’auteur de la photo a été arrêté, “ce qui est un avertissement pour ceux qui vont filmer des scènes similaires à l’avenir”, a déclaré Hamza Jaafar.

Le ministère mauritanien de l’Intérieur a envoyé un document aux Observateurs de France 24 indiquant que les deux policiers avaient été transférés dans une localité située à l’extrême est du pays en réaction à cette brutale arrestation. Selon une source du même ministère, mais qui a préféré garder l’anonymat, cette décision ne serait cependant qu’une “mesure ordinaire” et l’incident serait considéré avant tout comme une “affaire interne”. Des internautes considérés comme proches des autorités mauritaniennes, comme Amid Oueld Mohammed, ont déclaré sur leur page Facebook que les deux policiers avaient été emprisonnés pendant trois jours avant d’être transférés.

Un document signé par le directeur général de la sécurité nationale mauritanienne, Mesgharou Ould Sidi, et publié par le site d’information mauritanien Nawafedh, confirme l’affectation de ces deux policiers à l’extrême est du pays.

Article par Omar Tiss





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici