pied sur le cou, la vidéo d’un policier arrêtant une femme noire est controversée

0
36


Une chaîne de télévision brésilienne a diffusé une vidéo amateur le dimanche 12 juillet, montrant un policier exerçant une forte pression du pied sur le cou d’une femme noire, allongée sur le ventre, pour l’immobiliser. Les images de la scène, prises en mai à São Paulo mais qui n’avaient pas encore été diffusées, ont suscité de nombreuses réactions dans ce pays où les violences policières sont fréquentes.

Couchée face contre terre, une femme est immobilisée par un policier qui lui serre le cou d’un pied. Comme pour la presser un peu plus face contre terre et l’empêcher de lutter, il commence alors à lever son autre pied pour placer tout son poids sur le cou de la victime.

Cette scène se déroule à Parelheiros, un quartier populaire du sud de São Paulo, le 30 mai. Les images, filmées avec un téléphone portable, n’ont été diffusées que le dimanche 12 juillet dans “Fantastico”, un magazine d’actualité à large diffusion. sur TV Globo. “Plus je me débattais, plus il appuyait sur mon cou”, a expliqué la victime, une femme de 51 ans qui a témoigné le visage caché dans l’émission.

Cette commerçante a été arrêtée devant le petit bar qu’elle tient dans le quartier. Les bars et restaurants ont été interdits d’ouverture dans la ville ce jour-là en raison de la pandémie de Covid-19. Le commerçant avait ouvert son bar. “Les clients viennent, prennent leurs boissons et partent”, dit-elle. C’est lorsqu’un client a garé sa voiture devant le bar, avec le bruit fort, que des voisins ont appelé la police, rapporte le programme de télévision.

Selon la police, lorsque les policiers sont arrivés, plusieurs clients se trouvaient à l’extérieur du bar et buvaient des boissons alcoolisées. Un homme, décrit par le commerçant comme un ami, a été arrêté. Elle dit qu’elle est intervenue quand il aurait été brutalisé. Sur des images filmées devant le bar, un homme apparaît en effet allongé par terre sur le trottoir, un policier sur lui. Le commerçant est le suivant.

La séquence d’images amateurs réalisée par “Fantastico” montre qu’en même temps, à quelques mètres, un deuxième policier pointe son arme sur un autre homme. Ce dernier, debout au milieu de la route, enlève son t-shirt et lève les bras en l’air comme pour se rendre tandis que plusieurs personnes filment la scène. Le policier retourne ensuite à son collègue sur le trottoir: sur les vidéos diffusées par TV Globo, on le voit repousser le commerçant de l’homme arrêté au sol.

L’un des deux policiers pointe son arme contre un jeune homme. Capture d’écran d’une des vidéos obtenues par TV Globo.

Au sol, un policier immobilise un homme, tandis que le commerçant est repoussé par le deuxième policier. Capture d’écran d’une des vidéos obtenues par TV Globo.
“Je lui ai dit [au policier] pour s’arrêter, il m’a poussé contre le gril du bar, m’a donné trois coups de poing, m’a renversé et m’a cassé la jambe “, raconte la femme. TV Globo s’assure que les images auxquelles elle avait accès ne montrent pas cette partie de la scène. La une femme dit également avoir subi une deuxième immobilisation, qui n’apparaît pas non plus dans la vidéo: “Après, il a mis un genou contre mon cou et un autre sur mes côtes. Je me suis évanouie quatre fois “, dit-elle.

La presse brésilienne rapporte que la femme a été emmenée à l’hôpital Grajaú de São Paulo, où elle s’est retrouvée avec une jambe cassée. Les policiers disent qu’ils ont été agressés et qu’ils ont dû réagir pour contenir le commerçant et les hommes présents. Dans leur rapport, ils affirment que la femme a utilisé une barre de fer pour les menacer.

Le gouvernement de l’État de São Paulo a annoncé dimanche que la police avait été suspendue de ses fonctions et qu’une enquête avait été ouverte. “Les scènes du programme Fantastico sont dégoûtantes. La conduite violente et inutile de certains policiers est inacceptable”, a tweeté le gouverneur João Doria.

En juin, après plusieurs cas de violence policière à São Paulo, le gouverneur avait déjà annoncé la mise en place d’un programme de formation pour éviter les abus ainsi que l’installation de caméras sur les uniformes de la police militaire.

En écho à la mort de George Floyd aux États-Unis

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont réagi au choc vidéo diffusé par TV Globo, comparant notamment cette arrestation à celle qui a conduit à la mort de George Floyd, à Minneapolis, aux États-Unis. Certaines publications sont accompagnées du hashtag #VidasNegrasImportam (“les vies noires comptent”), inspiré du mouvement américain Black Lives Matter.

Sur Twitter, Erica Hilton, députée de l’État de São Paulo écrit: “Il semble que la police ici, au lieu d’être choquée comme le reste du monde par le cas de George Floyd aux États-Unis, ait décidé d’imiter la barbarie. Ces les images montrent, selon elle, le racisme et l’idéologie du gouvernement de São Paulo.

Traduction: “Maintenant, vous allez lire ceci: une femme noire de 51 ans a été * étouffée lors d’une arrestation * de la même manière que George Floyd. C’est arrivé ici au Brésil, et vous ne faites rien.”

Raull Santiago, journaliste et activiste, compare également le cas de cette femme à celui de George Floyd et ajoute: “Heureusement, elle n’est pas morte dans cette tentative d’homicide”.

Interrogé ce mardi 14 juillet dans l’émission “Encontro”, également diffusée sur le réseau Globo, la marchande elle-même a fait le parallèle avec George Floyd. “Je pensais que j’allais mourir comme lui”, a-t-elle déclaré.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici