plus de 16 000 déplacés lors des derniers combats à l’ouest

0
57



Publié le:

Les récents combats en Libye entre les forces du maréchal Haftar et celles du gouvernement d’union (GNA) ont poussé plus de 16 000 Libyens à fuir leur lieu de résidence, selon la mission des Nations Unies dans le pays.

Plus de 16 000 Libyens ont été déplacés lors des derniers combats qui ont vu les forces du gouvernement de l’Union (GNA) reprendre le contrôle de tout l’ouest du pays aux dépens des forces du maréchal Haftar, a indiqué dimanche la mission des Nations Unies (Manul).

“La Manul reste préoccupée par les souffrances infligées à la population civile avec le cycle continu de violence”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

“Récent [développements] soldats dans le Grand Tripoli et Tarhouna [au sud-est de Tripoli] ont entraîné de nouvelles vagues de déplacements et de souffrances pour plus de 16 000 Libyens ces derniers jours “, a indiqué la source.

Des corps découverts à l’hôpital de Tarhouna

La mission de l’ONU en Libye décrit également des informations non confirmées “très dérangeantes” provenant de sources indépendantes sur la découverte de corps à l’hôpital de Tarhouna, le dernier bastion de pro-Haftar dans l’ouest de la Libye repris vendredi par pro-GNA.

Il appelle les autorités de Tripoli à ouvrir rapidement une enquête impartiale.

<< Nous avons également reçu de nombreux rapports faisant état de pillages et de destructions de biens privés et publics à Tarhouna et Al-Assabaa [situé à 80 km au sud de Tripoli], qui dans certains cas semblent être des actes de représailles ", poursuit Manul.

Dimanche, la situation sécuritaire semblait particulièrement fragile à Tarhouna, deux jours après le retour dans la ville du GNA.

Les autorités de Tripoli ont déclaré avoir mis en garde contre des représailles ou des pillages, ou s’exposer à des poursuites pénales.

Protéger la population

Plus généralement, le ministère de l’Intérieur du GNA a appelé les forces militaires et de sécurité des “zones libérées” à veiller à protéger “la vie, la dignité et les biens” des citoyens.

Après l’échec avéré de son offensive lancée en avril 2019 sur la capitale Tripoli, siège du GNA, l’homme fort de l’est de la Libye, Khalifa Haftar, est désormais sur la défensive.

>> Lire aussi: Libye: piège infernal

Les forces pro-GNA avancent sur Syrte, une écluse stratégique en direction de l’Est et des plus importantes installations pétrolières du pays, toujours entre les mains du maréchal Haftar.

En plus d’un an, le conflit en Libye a fait des centaines de morts, dont de nombreux civils, et contraint plus de 200 000 personnes à fuir leur foyer.

Avec AFP





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici