plus de 20 millions d’emplois détruits en avril aux États-Unis

0
70



Publié le: Modifié:

L’Amérique fait face à sa pire crise économique depuis les années 1930. Plus de 20 millions d’emplois ont été détruits en avril, un niveau digne de la crise des années 30.

Un cauchemar. L’économie américaine n’a jamais détruit autant d’emplois en si peu de temps. En deux mois, la crise de Covid-19 a fait passer le taux de chômage de son plus bas niveau en cinquante ans à un niveau digne de la crise des années 1930.

20,5 millions d’emplois ont été détruits en avril, un niveau record en si peu de temps. Quant au taux de chômage, qui s’élevait fièrement à 3,5% en février, il a bondi à 14,7%, son plus haut niveau depuis juin 1940.

En comparaison, 8,6 millions d’Américains ont perdu leur emploi au cours des deux années de la crise financière mondiale il y a un peu plus de 10 ans. Le taux de chômage atteint alors 10,1%.

Plus de 23 millions de chômeurs

Ces chiffres stupéfiants sont cependant moins pires que prévu, car les analystes tablaient sur un taux de chômage de 16 à 20% et 28 millions d’emplois perdus.

“L’emploi a fortement chuté dans tous les principaux secteurs, avec des pertes d’emplois particulièrement importantes dans les loisirs et l’hôtellerie”, a indiqué le département du Travail dans un communiqué. Le nombre de chômeurs est passé de 15,9 millions à 23,1 millions.

Le nombre de personnes travaillant à temps partiel pour des raisons économiques a presque doublé pour atteindre 10,9 millions.

Ces chiffres ne sont “pas surprenants” et étaient “attendus”, a répondu le président Donald Trump sur Fox News. Dans la campagne pour un second mandat à la Maison Blanche, le Républicain avait fait de la bonne santé de l’économie américaine l’un de ses principaux arguments de campagne.

Plus de 33 millions de demandes d’allocation

Avril est le premier mois à refléter l’étendue de la crise de Covid-19 sur la plus grande économie du monde. Les mesures de confinement en vue de la propagation du nouveau coronavirus ont été progressivement étendues dans le pays au cours de la deuxième quinzaine de mars.

Les restaurants, les cafés, les magasins ont dû fermer leurs portes, tout comme les écoles. Les femmes de ménage et les baby-sitters ont été remerciées. Les taxis et autres chauffeurs n’ont soudainement plus de passagers à transporter.

Il y a eu sept millions de nouveaux inscrits sans emploi depuis sept semaines, contre 200 000 à 250 000 nouvelles inscriptions hebdomadaires avant la crise.

Ils étaient encore plus de 3 millions, entre le 26 avril et le 2 mai, à avoir été au chômage pour la première fois, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail. Le pic a été atteint fin mars, avec 6,8 millions de nouveaux chômeurs en une semaine. Depuis lors, la baisse a été très lente. Au total, près de 33,5 millions d’Américains ont demandé des allocations de chômage.

Indemnité de chômage record

L’administration Trump et le Congrès ont débloqué un total de 669 milliards de dollars de prêts aux petites et moyennes entreprises pour aider à payer les salaires de leurs employés.

Le droit au chômage a également été temporairement étendu aux personnes qui ne pouvaient pas le réclamer auparavant, comme les travailleurs indépendants.

Et le pays indemnise désormais plus de chômeurs que jamais, 22,6 millions de personnes au cours de la dernière semaine d’avril, alors qu’ils étaient environ 1,7 million avant la pandémie.

Le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis a diminué de 4,8% au premier trimestre, la plus forte baisse depuis le quatrième trimestre de 2008, lorsque les États-Unis ont sombré dans la crise économique.

Le Covid-19 y a tué plus de 75 000 personnes et touché 1,2 million de personnes, selon le décompte de l’Université Johns-Hopkins, qui y fait référence.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici