Plusieurs actions sur le programme de soutien aux couches les plus vulnérables – Le Sahel

0
69


Partager c’est aimer!

La Première Dame, le Dr Lalla Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tattalli-Iyali, a participé le 30 avril, par visioconférence, à la cérémonie officielle de l’initiative “Les sociétés que nous voulons”, lancée par l’Organisation du monde islamique pour l’éducation, Science et culture (ISESCO). Cette initiative fait partie de la gestion de la pandémie de COVID-19. C’est ainsi qu’il vise à diffuser des connaissances, des programmes et des pratiques innovants afin de construire des sociétés pacifiques, prospères, inclusives et résilientes avec une garantie de bonne santé. Présidée par le Directeur général de l’ISESCO, le Dr Salim M. Almalik, cette réunion “virtuelle” a enregistré la participation de ministres des États membres de l’OCI et d’éminentes personnalités, dont la princesse Lamia Bint Majid Al Saud, secrétaire générale de la Fondation Alwaleed.

Au début de ses propos, lors de la visioconférence, la Première Dame, le Dr Lalla Malika Issoufou s’est réjouie de cette initiative innovante qui, selon elle, démontre une fois de plus le leadership de l’ISESCO et sa capacité d’anticipation sur les sujets émergents qui concernent la communauté des États membres autant que du monde entier. “Cela prouve suffisamment la pertinence de la vision de notre organisation tendant à créer des sociétés résilientes, ouvertes au progrès et centrées sur les valeurs d’humanisme et de solidarité qui sont des valeurs défendues par notre religion, l’islam”, a déclaré la Première Dame. , Dr Lalla Malika Issoufou. La communauté musulmane, comme le monde entier, a-t-elle déclaré, fait face à la pandémie mortelle de COVID-19. La Première Dame s’est donc félicitée de la création par l’ISESCO d’une alliance internationale pour lutter contre le COVID-19, qui paralyse tous les secteurs des États membres.

Le Niger, déjà confronté à l’insécurité liée au terrorisme, a déclaré la Première Dame, ressent profondément les conséquences des impacts négatifs de COVID-19. “Le gouvernement, sous la direction du président de la République, SE Issoufou Mahamadou, a anticipé en prenant de vigoureuses mesures préventives pour enrayer la propagation du virus, à travers un plan national de réponse qui couvre les secteurs sanitaire et économique”, a-t-il dit. il a soulevé. Selon le Dr Lalla Malika Issoufou, la propagation rapide du COVID-19 montre “toute la vulnérabilité de nos pays et la nécessité d’une large alliance internationale pour apporter des réponses concertées à cette tragédie humaine”.

En conséquence, la Première Dame a plaidé pour que des mesures soutenues soient prises dans les domaines sanitaire, social et économique par le biais d’un plan de réponse mondial avec un accent particulier sur les États fragiles. “Nous devons également commencer à réfléchir après COVID-19, et le soutien dont les États auront besoin pour surmonter cette phase de transition”, a ajouté la première dame. Enfin, la vision de la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufu, à travers cette initiative innovante se traduit par l’exemple de la solidarité

et d’une citoyenneté modèle qui doit être perpétuée. Cela, a-t-elle dit, est le fondement d’un avenir meilleur qui prend en compte les groupes les plus vulnérables, à savoir les femmes, les jeunes, les enfants et les personnes handicapées.

Avec 54 États membres, dont le Niger, l’Organisation du monde islamique pour l’éducation, la science et la culture (ISESCO) est l’une des plus grandes organisations islamiques internationales.

Issoufou A. Oumar (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici