Pour l’isolement sanitaire à Zinder – Niger Inter

0
97


Silencieusement, Zinder est en train de devenir rapidement le deuxième épicentre de Covid 19 dans notre pays. Ces derniers temps, pas un seul communiqué de presse quotidien du ministère de la Santé publique sur la notification des cas positifs sans que Zinder ne soit cité. Si Niamey est en isolement cellulaire, c’est à cause du nombre de cas positifs identifiés. Preuve que le virus circule beaucoup. L’un des mécanismes pour freiner sa circulation est de confiner la population par l’isolement et un couvre-feu médical. Ces mesures énergétiques sont un complément parfait à celles qui traitent de la systématisation des gestes barrières comme le lavage des mains à l’eau et au savon ou au gel hydro-alcoolique, le port de masques et l’éloignement physique. Ces gestes barrières sont des gestes simples et rentables. C’est la seule façon de faire face à cette pandémie qui n’a ni traitement ni vaccin.

Pourquoi ne pas mettre Zinder en isolement pendant au moins deux semaines, pour mieux évaluer la situation sur le terrain? C’est certainement une mesure douloureuse mais nécessaire car elle fait partie de la sécurité collective. En tout cas, sur place, l’inquiétude des citoyens est à la hausse en ce qui concerne l’augmentation progressive des cas positifs. Qui connaît le nombre de cas positifs non connus des services de soins? Personne. Il y a certainement beaucoup de patients qui meurent dans un silence absolu et qui ont eu le temps d’infecter des proches. Silencieusement. En tout cas, à Zinder, il y a eu récemment des morts mystérieuses. La même situation dramatique est observée à Tessaoua. Peut-être aussi dans d’autres localités qui, comme Zinder et Tessaoua, sont à la frontière avec le Nigéria, où Covid 19 s’est installé. À Kano, par exemple, la situation semble être hors du contrôle des autorités locales. Cependant, les échanges humains et économiques entre Zinder, Tessaoua, Magaria, Maradi …, et Kano, Daoura, Katsina sont très proches avec des déplacements quotidiens incessants dans les deux sens.

Il est important de constituer une ceinture de santé au niveau de la longue frontière avec le Nigeria, de renforcer le contrôle des marchés, de systématiser les gestes barrières par le déploiement des équipes mobiles de santé. L’implication des autorités administratives, municipales, coutumières, des médias et de la société civile est impérative, tout comme la recherche continue de cas suspects. L’importation du virus et sa circulation doivent être stoppées. Il suffit de dire arrêt pour convoquer 19.

Tiemogo Bizo





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici