privées des annonces, des stations radios menacées de fermeture à Konni – L`innovation au service de l`information pour mieux informer.

0
145


Des stations radios privées de Konni (Région de Tahoua) végètent dans une situation très délicate depuis l’avènement de la pandémie du Covid19, sevrées des annonces et des ateliers qui sont les principales sources de leurs ressources.

En effet, cette situation a entraîné l’arrêt des communiqués relatifs aux cérémonies de mariage, de baptême, ateliers ou décès à cause de l’interdiction de tout rassemblement par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre le Covid19.

Selon Adamou Gambo de la radio Anfani « depuis le déclenchement de cette maladie du Covid-19,en ce qui concerne les médias du centre de pays, rien ne marche, on ne fait que consommer de l’électricité et l’électricité est trop chère, s’indigne-t-il.

Par rapport à la subvention de l’État, on n’a rien eu et si cela continue on va tout simplement fermer a-t-il conclu.

Par sa part, M.Daouda Kaka de la radio Saraounia a indiqué « on continue à sensibiliser la population sur la pandémie du Coronavirus. Cette maladie a tout arrêté, il n’y aucune activité, a-t-il ajouté.

‘’Nous sommes toujours menacés par le service des impôts et puis on n’arrive pas à payer les factures, les agents et la location du siège’’, témoigne-t-il.

Assoumane Moussa de la radio Niyya avertit que « si l »Etat n’apporte aucun soutien aux radios privées, on n ‘est pas loin de fermer, on ne sait quoi faire, on n’a pas les moyens d’assurer la maintenance et autres charges.
Si la subvention promise par l’État tarde à venir, nous allons inévitablement fermer car toutes les activités permettant aux radios de fonctionner sont arrêtées, conclut-il.

Le Niger compte une centaine de radios privées qui tirent essentiellement grâce aux ressources tirées des annonces et des couvertures des activités des projets et de l’administration.

Depuis mars dernier, le gouvernement a édicté des mesures de prévention dont l’interdiction des rassemblements, la suspension des ateliers, la proclamation de l’état d’urgence, entre autres.

Par Agence Nigérienne de Presse



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici