Rendez Niamey passable sous la pluie! – Le Sahel

0
65


Partager c’est aimer!

C’est désormais un truisme de voir ou de parler de l’impraticabilité de la ville de Niamey pendant l’hiver, et ce, depuis plusieurs années. Nous ne parlons pas ici uniquement des cas de certains quartiers de la capitale qui sont devenus des quartiers radeaux suite aux pluies torrentielles. Des quartiers comme Koira Kano Nord, Bassora, Dar Es-salam, Saga, Lazaret sont peut-être les cas les plus emblématiques.

Non, en réalité, le problème est plus profond que cela, toute la ville de Niamey se noie dans l’eau de pluie, les flaques d’eau et les backwaters font en plus de l’apogée de nos amis crapauds dont les croassements assourdissants, la nuit, les font passer pour les maîtres des endroit! Cette situation n’est pas sans rappeler le nom d’un quartier infâme de la banlieue d’Abidjan connue pour être la plus sale de cette capitale, “Koumassi Poto Poto”.

Les saisonniers et les étudiants nigériens savent ce que c’était vraiment, c’est-à-dire ce marais permanent, ces flaques d’eau abyssales, cette promiscuité, qui ont fait de cette ville la plus invivable de la ville. Sans aller jusqu’à la comparer à la situation à Niamey, l’image de notre capitale sera encore affectée, surtout en ces temps où l’on parle beaucoup du programme Niamey Nyala, ce magnifique projet de modernisation de la capitale chère au président de la République, Issoufou Mahamadou, dans sa grande ambition de faire de cette ville la vitrine du pays. Niamey se modernise, il est vrai, son agglomération est en train de changer, mais d’un autre côté, l’assainissement ne suit pas le rythme accéléré de cette transformation, et c’est là que le bât blesse!

Cependant, à y regarder de plus près, la solution à ce problème est clairement identifiable: Niamey a un besoin criant d’un système d’évacuation des eaux pluviales, bref, cette ville manque simplement de nombreux caniveaux capables de transporter toute cette grande masse d’eau jusqu’au lit de la rivière. Avec le temps, ce système de drainage, non seulement des eaux pluviales, mais aussi des eaux usées domestiques, fonctionnait presque correctement, les autorités municipales de l’époque en assuraient sans cesse la prise en charge.

Cependant, l’urbanisation accélérée et désordonnée que Niamey a connue ces dernières années ne s’est pas accompagnée d’un programme d’entretien de la ville pour la protéger des eaux de pluie. Même les quelques rares gouttières datant de la période “Belle Epoque” qui existaient encore, ont été volontairement bloquées par les citoyens pour s’y installer; c’est le cas, par exemple, au Rond-point Hôtel Moustache où un commerçant de matériaux de construction, selon des sources, aurait délibérément bloqué la gouttière à ce point d’intersection, provoquant ainsi la stagnation des eaux de pluie sur cette route centrale. Peu importe le nombre de routes pavées dans la capitale, tant que le système de drainage des eaux pluviales restera archaïque, ces routes ne seront pas viables, car elles seront tôt ou tard érodées par cette eau stagnante. Aussi, la permanence de ces flaques d’eau, lieux de prolifération préférés des microbes en tout genre, dont les terribles anophèles femelles (vecteur du paludisme), n’est pas sans conséquences pour la santé publique.

Au lieu de se concentrer sur des mesures policières, comme le port du casque pour les conducteurs de motos, une initiative tout aussi bénéfique, il faut l’avouer, une compétence qu’elle partage d’ailleurs en concurrence avec d’autres services publics, la délégation spéciale de Niamey devrait plutôt se concentrer sur son domaines de compétence propres, tels que l’hygiène et l’assainissement dans la ville qui sont aujourd’hui les tendons d’Achille du programme Niamey Nyala.

On peut tout de même saluer, au passage, quelques initiatives intéressantes dans le travail de la Délégation Spéciale de Niamey, comme la création de lieux publics de détente. Mais le tableau serait plus complet, voire idyllique, si l’hygiène et l’assainissement avaient lieu à côté. Avis simple aux citoyens!

Ayouba Karimou, CT / DG



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici