Six points sont à l’ordre du jour de cette session – Le Sahel

0
104


Partager c’est aimer!

Le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a ouvert sa session ordinaire hier matin pour le mois d’août 2020. La cérémonie d’ouverture présidée par Sani Kabir, président du CSC, a eu lieu au siège de l’institution. Six points sont à l’ordre du jour de cette session. Il s’agit notamment de l’examen et de l’adoption du procès-verbal de la session ordinaire de juillet 2020, des informations sur la CSC, l’examen et l’adoption des travaux de la Commission d’éthique, de déontologie et de carte. de la Presse, de l’examen et de l’adoption des travaux de la commission, du suivi du cahier des charges, de l’accès équitable et de la publicité, de la restitution des travaux du consultant chargé de l’élaboration du plan de formation des journalistes et questions diverses.

En ouvrant la procédure, le président de la CSC, le Dr Sani Kabir, a précisé qu’il y a quelques mois, la CSC a procédé à la distribution du fonds d’aide à la presse pour l’année 2018., conformément à la loi n ° 2012-34 de juin 7, 2012 portant composition, attributions, organisation et fonctionnement du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), modifié et complété par la loi n ° 2018-31 du 16 mai 2018. «Selon les dispositions de l’article 10 (nouveau) du présent loi, ce fonds indirect est destiné à la formation des journalistes et à l’acquisition de matériel pour les entreprises de presse privées », a-t-il souligné. Le président du CSC a précisé que pour répondre à ces exigences liées à la formation des journalistes, le Conseil supérieur de la communication a lancé un appel d’offres pour le recrutement d’un consultant national chargé d’élaborer une formation de journalistes conformément à l’article 10 (nouveau ) de la loi n ° 2012-34 du 07 juin 2012 susvisée et des articles 8 al. 1 et 7 al. 3 de la délibération n ° 0020 / CSC du 31 mai 2019 fixant les conditions d’éligibilité de l’aide à la presse et les modalités de son attribution. «Suite à l’appel d’offres public, le Conseil Supérieur de la Communication (CSC) a confié au Bureau d’études et de conseil en Afrique (BECAF) la mission d’élaborer le plan triennal (2020-2022) de formation des journalistes nigériens de le secteur privé », a-t-il expliqué.

Pour le Dr Sani Kabir, l’élaboration du plan de formation des journalistes des organisations de presse et des indépendants permettra aussi et surtout d’identifier les besoins de formation des journalistes, d’élaborer un plan de formation détaillé pour les journalistes, d’identifier les centres et structures de formation, élaborer un plan opérationnel annuel, développer des outils de suivi et d’évaluation sur trois (3) ans. Le bureau d’études recruté pour ces travaux couvrait le territoire national, en particulier les huit (8) capitales des régions administratives du Niger (Agadez, Dosso, Diffa, Niamey, Tahoua, Tillabéry et Zinder) et certains départements (Gaya, Doutchi, Konni, Madaoua, Arlit, Tessaoua, Téra, Torodi, Magaria). “Un délai de quarante-cinq (45) jours a été accordé pour l’accomplissement de la mission qui a été réalisée suite à une approche concertée entre le CSC et la BECAF”, a-t-il déclaré. Aussi, le président du CSC a ajouté que la restitution du travail du consultant chargé de réaliser cette étude nous permettra de connaître les besoins exprimés par les journalistes privés du Niger mais aussi de faire éventuellement les observations et amendements nécessaires qui pourraient permettre le consultant pour finaliser le rapport attendu de lui.

Outre la restitution du travail du consultant chargé de l’élaboration du plan de formation des journalistes, cette session examinera et adoptera le rapport des travaux de la commission d’éthique, de déontologie et de la carte de presse et celui de la commission du carnet de notes. de charges accès équitable et publicité.

Par Yacine Hassane (onep) et Mourtala Alhassane (stagiaire)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici