“Sur l’ensemble des 5 690 km de frontière nigérienne, 2 866,32 km sont délimités et délimités, soit 50,4% de la construction”, précise M. Alkache Alhada – Le Sahel.

0
54


Partager c’est aimer!

Dans le cadre de la Journée des frontières africaines, célébrée le 7 juin de chaque année, le Ministre délégué en charge de la Sécurité publique, rattaché au Ministère de l’intérieur, de la sécurité publique, de la décentralisation et des affaires coutumières et religieuses, M. Alkache Alhada a prononcé un message dans lequel il a souligné les progrès réalisés dans la mise en œuvre du Programme Frontière de l’Union Africaine au Niger.

Le principe de la délimitation et de la démarcation des frontières ne constitue pas en soi une volonté de retrait de chacun des Etats sur son territoire, au contraire il s’agit, à travers ce principe, de fixer la délimitation et la démarcation des frontières. les frontières comme condition d’une intégration politique et économique réussie du continent africain, apprend-on. C’est dans cette vision que l’Union africaine, lors de sa session ministérielle tenue à Addis-Abeba le 25 mars 2009, a adopté une déclaration sur l’accélération de la mise en œuvre du «Programme Frontière» de l’Union. Cette décision, qui a été approuvée par le Conseil exécutif à Kampala en juin 2010, prévoit que le 7 juin de chaque année sera célébré comme la Journée des frontières africaines.

Dans son message à l’occasion de l’édition de cette année, le Ministre délégué en charge de la Sécurité publique a expliqué que le “Programme Frontière” de l’Union Africaine répond à un double impératif qui est d’une part de promouvoir la prévention structurelle des conflits et d’autre part pour accélérer le processus d’intégration du continent. En effet, «le retard dans la définition des frontières africaines constitue un véritable handicap en soi, un obstacle majeur à la réduction des procédures douanières et policières, ce qui rend incertaine la libre circulation des biens et des personnes tant prônée par nos concitoyens. Des États », a noté M. Alkache Alhada.

Le ministre délégué a rappelé qu’en souscrivant résolument à cette vision, le Niger a accueilli la conférence des ministres chargés des questions frontalières en mai 2012, conférence qui a adopté la convention africaine de coopération transfrontalière appelée la convention de Niamey. “Notre pays, qui a été l’un des premiers Etats à ratifier cette convention, a créé, avec plusieurs de ses voisins, des comités bilatéraux qui constituent aujourd’hui des cadres d’échanges sur toutes les questions frontalières. En interne, le Programme Frontière de l’Union Africaine est mis en œuvre par le National La Commission des frontières créée depuis 1975 et dont la mission est de délimiter et de délimiter les frontières du pays “, a déclaré M. Alkache Alhada.

Les actions de cette commission ont permis de prendre en charge la gestion des 5690 km partagés avec 7 pays voisins, puis la création de commissions mixtes mixtes de délimitation et de démarcation des frontières, dont les travaux ont abouti à des résultats probants. Ainsi, “sur l’ensemble des 5690Km de frontière du Niger, 2866.32km sont délimités et délimités ce qui représente 50,4% de réalisation”, a souligné le ministre délégué. Cette dynamique de meilleure gestion de nos frontières s’est poursuivie avec l’élaboration et l’adoption d’une Politique Nationale des Frontières et de son plan d’action en novembre 2019. «Notre pays a ainsi entamé 2020 avec une ferme détermination à entamer la mise en œuvre de cette Politique Nationale lors de la pandémie de Covid19 est apparu avec tout son cortège de mesures restrictives et leurs effets négatifs sur la libre circulation transfrontalière des biens et des personnes », a noté le ministre délégué qui« avec la diminution du nombre de cas positifs pour Covid-19, la réouverture de nos frontières est possible bientôt.

Ismaël M. Chékaré (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici