Surprise, la presse internationale soutient plutôt le PSG

0
104



Avec la folle histoire d’Alphonso Davies, passée en quelques années des camps de réfugiés à la finale de la Ligue des champions, c’est l’autre belle histoire de cette finale8: la rédemption de Neymar, dont le monde se moque pour ses incongrues rouleaux pendant la Coupe du monde 2018, traitée comme “Drama Queen”, et est revenue à un niveau digne des meilleurs joueurs du monde. Cette belle histoire est d’ailleurs la raison pour laquelle Oliver Holt, chroniqueur à Mail le dimanche, la variation dominicale de Courrier quotidien, a décidé de soutenir le PSG lors de cette finale de Ligue des champions face au Bayern Munich: “C’est un joueur fantastique, un chasseur de rêve. De cette montagne de fumier, un arbre a poussé et maintenant, enfin, il portera ses fruits.”

Un autre grand quotidien anglais, le Gardien souligne Angel Di Maria, plus concentré sur le schéma tactique que sur le star system. Le quotidien libéral met toujours un tacle à la prise de participation du club parisien, le fonds souverain du Qatar, accusé de profiter du football pour étendre son influence diplomatique. “De ce point de vue, avant même la finale, les propriétaires du PSG ont déjà gagné.”

Du côté de la presse espagnole, dont les clubs sont absents de la finale pour la deuxième fois consécutive, Marca met en lumière la «nuit du football total», avec Lewandowski encadré par Mbappé et Neymar.

Bild: “Compliment à Neymar qui était avant le plus détestable sur le terrain.”

Il y aura toujours un madrilène sur le pré ce soir, Pablo Sarabia, dont COMME retrace la première année encourageante au PSG, qui a ouvert les portes de l’équipe nationale. Il n’est pas encore installé, mais “il n’y a pas mieux pour attirer l’attention du sélectionneur qu’une finale de Ligue des champions, qui pourrait être un conte de fées clôturant une saison inoubliable”.

Même Bild, le quotidien allemand qui est souvent heureux de mettre en avant les piques de la direction bavaroise face au PSG, souligne que cette affiche est la meilleure que l’on puisse avoir aujourd’hui, “deux équipes reines en cette période de coronavirus”. Il met en avant les “machines à buts” Lewandowski, Muller et Gnabry d’un côté, Neymar et Mbappé de l’autre. Il n’y a pas mieux en Europe et en équipe nationale. “Thomas Tuchel va-t-il détruire le rêve du triplé?”, Peut-on lire dans la légende à gauche, alors que le quotidien enlève sa casquette au numéro 10 parisien: “Compliment à Neymar qui était avant le plus détestable sur le sol. Plus de simulations et de pleurnicheries. “





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici