Togo: Covid-19 provoque une mutinerie à la prison de Lomé

0
114


Le calme est revenu à la prison civile de Lomé, le plus grand centre pénitentiaire du Togo, après que la mutinerie a éclaté mardi matin par des détenus en raison de la pandémie de Covid-19. des dégâts matériels importants, obligeant les gardiens de prison à utiliser des gaz lacrymogènes pour le contrôler, selon le site Republicoftogo.

Les détenus se déclarent préoccupés par la propagation du virus et demandent leur libération ou leur placement dans une autre prison.

Mais selon RFI, tout a commencé lundi lorsque les détenus du centre de détention provisoire ont refusé d’accueillir de nouveaux renvois. Ils ont dû être ramenés aux brigades. Pour une bonne raison: 19 cas positifs de coronavirus ont été détectés dimanche sur 283 détenus testés. Ainsi, pris avec crainte, ils ont posé ces conditions pour se protéger de la contamination.

Cependant, souligne le directeur de l’administration pénitentiaire, Akibou Idrissou, il n’est pas question de parler de libération. Il a assuré que des dispositions sanitaires très rigoureuses avaient été mises en place depuis le début de la pandémie, tout nouvel arrivant étant placé en quarantaine.

De plus, 1 000 détenus à la fin de leur peine ont été libérés il y a quelques semaines pour désengorger les établissements.

Selon RFI, les conditions de détention à la prison de Lomé, “un ancien bâtiment colonial”, sont régulièrement dénoncées. Censé n’accueillir que 600 détenus, il compte aujourd’hui plus de 1 500 détenus.

De plus, c’est dans ce centre de détention que se trouve Kpatcha Gnassingbé, le demi-frère du président Faure Gnassingbé, qui purge depuis plus de 10 ans ses 20 ans de prison pour violation de la sécurité de l’État. Selon les médias français, Kpatcha Gnassingbé a été exfiltré ce matin vers une destination inconnue.



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici