tous les coupables seront châtiés – L`innovation au service de l`information pour mieux informer.

0
115


Alors que la justice nigérienne a ouvert une information judiciaire sur l’affaire dite de l’audit du ministère de la défense et que l’instruction du dossier par les services compétents est en cours, la toile revient de plus belle sur une affaire pendante devant la justice à travers des fuites de nature à remettre en cause le secret de l’instruction.

Dans un état de droit et une République de surcroît, dès que la justice est saisie d’une affaire, les débats sont clos pour lui permettre de traiter l’affaire conformément à la loi, en toute sérénité et à l’abri de toute injonction et entrave de quelque nature que ce soit.   

 Le Président de la République, Chef de l’État, après avoir reçu des informations sur la manière dont certains marchés publics sont exécutés au Ministère de la Défense, a instruit le Ministre de la Défense pour diligenter une enquête qui a conclu au rapport en question. En guise de bonne foi et matérialisant sa ferme volonté politique en ce que la justice soit rendue au peuple s’agissant de cette affaire, le Président de la République a instruit le gouvernement pour que cette affaire soit transmise directement à la justice avant de passer par l’Agence Judiciaire de l’Etat, chargée du contentieux de l’Etat.   

La volonté politique du Président de la République, ordonnateur de l’enquête quant à la manifestation de la vérité s’agissant de cette affaire d’audit au ministère de la défense reste et demeure inébranlable.

Le  limogeage des responsables politiques et militaires susceptibles d’être mêlés de près ou de loin à cette affaire en est une manifestation de cette volonté politique inébranlable du Président de la République et qui ne souffre d’aucune ambiguïté.   

La justice même, à travers le Procureur de la République près du Tribunal de Grande Instance Hors Classe de Niamey (TGI/HC/NY), rassure les citoyens que l’Etat sera intégralement mis dans ses droits et que force restera à la loi dans un communiqué datant du 07 avril 2020.

Il revient donc aux citoyens de faire confiance à la justice  et de la laisser faire son travail, en toute sérénité, à l’abri de tout agissement de nature à remettre en cause le secret d’instruction et la présomption d’innocence consacrée par la constitution.

Soyez en sûrs que le Président de la République est plus que jamais déterminé en ce que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Il veille à ce que la justice puisse traiter cette affaire conformément à la loi sans injonction ni entrave.

Par Namalka Bozari (Contribution Web)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici