Tribune virtuelle, bande sonore … conseils pour créer l’ambiance dans les stades sans public

0
142


Quelle tristesse, un match de football sans supporters. Depuis la reprise des championnats en Allemagne et en Espagne, les fans de football, à huis clos dans les stades, doivent regarder leurs rencontres d’équipe à la télévision. Pour les diffuseurs, la question cruciale de l’atmosphère avec des stands vides s’est rapidement posée. Faut-il laisser le son d’origine, et donc entendre les cris des joueurs (et les insultes comme celles de Todibo à Haaland), les consignes de l’entraîneur et le son de la balle, ou innover grâce aux nouvelles technologies?

Premier des grands championnats à reprendre en mai, la Bundesliga a opté pour les deux options. Sky, le diffuseur de matchs en Allemagne, a choisi de laisser au spectateur le soin de suivre les matchs à huis clos avec un son réel ou avec une bande sonore préenregistrée de chansons de fans. “Pour le choc entre Dortmund et le Bayern, nous avons pris la base du son lors de leur dernière opposition”, a déclaré à ESPN Alessandro Reitano, producteur chez Sky Deutschland. Une fois le coup d’envoi donné, un réalisateur qui regarde le match en direct a la délicate tâche de placer les échantillons audio correspondant à une situation très spécifique du match (pénalité, faute, décision VAR, etc.). Cette conception sonore peut mobiliser jusqu’à dix personnes. “Ce n’est pas précis à 100%”, admet Reitano.

Les chansons des fans ont fini par convaincre

Si les auditions ont lieu en réunion, le rapport ne convainc pas immédiatement. Le diffuseur a d’abord rencontré une réaction hostile des ultras. “Les clubs ont été pris en otage par le diffuseur, qui selon eux manque d’atmosphère”, a insisté sur Twitter l’Active Football Fans Alliance (BAFF), qui rassemble des associations de supporters en Allemagne. Retour mitigé également de la part de certains téléspectateurs qui n’ont pas manqué de souligner les insultes entendues contre l’équipe de Mönchengladbach dans une bande originale. Hoquet, mais un indice de satisfaction qui finit par croître au fil des matchs.

Aidé par des initiatives originales telles que ces enseignes à l’image des fans de Gladbach placées sur chaque siège de la galerie (une immense boîte), les diffuseurs ont fini par séduire le public. “Belle idée que les Allemands, au son des supporters, ont validé l’ex-coach Raymond Domenech devant le Klassiker. On ne réalise plus la caméra.” “Quand on perd cet élément fort du spectacle qu’est le public, il est important de recréer un univers”, indique Florent Houzot, directeur des programmes de beIN Sports, diffuseur du championnat d’Allemagne en France. Aujourd’hui, la plupart des retours sont assez positifs. ”

Le public virtuel, raillé par les réseaux sociaux en Espagne

En Espagne, la reprise s’est faite jeudi soir avec le derby andalou entre le Séville FC et le Betis (2-0). Un problème tout aussi important pour Movistar. Le diffuseur espagnol a offert la possibilité de suivre les matchs normalement, dans l’atmosphère froide de la porte fermée. Ou avec ce que l’on appelle en Espagne la “réalité augmentée”, c’est-à-dire avec les sons de faux supporters mais aussi un effet spécial qui permet de remplir les tribunes grâce à une image virtuelle. Pour Timothée Maymon, le journaliste qui a suivi la rencontre sur RMC, “ce n’est pas extrêmement précis mais ça donne le sentiment qu’il y a un peu d’ambiance au stade”. En Espagne, ce public de faux confettis n’a pas du tout séduit les téléspectateurs qui se sont déchaînés sur les réseaux sociaux. “On dirait la Konami Cup!” Entre captures d’écran d’anciens jeux vidéo PES ou FIFA et comparaisons improbables avec les tableaux de Georges Seurat, la “réalité augmentée” est loin d’être unanime.

Longue durée des matchs de drive-in au Danemark

Malgré les portes closes imposées dans les stades, les supporters peuvent aussi être plus actifs que sur leur canapé. Au Danemark, le club du FC Midtjylland a proposé à ses supporters de suivre les matchs en mode “drive-in”, c’est-à-dire dans leur voiture, garée dans le parking attenant au stade devant des écrans géants. Une grande boîte. Pas moins de 8 000 personnes (et 2 000 véhicules!) Ont pu suivre le match de l’équipe danoise dans un cadre original. Ce n’est pas tout. À travers l’écran géant à l’intérieur du stade, les joueurs ont également pu voir et entendre leurs supporters les soutenir.

Encore plus audacieux, les supporters du FC Porto ont eu l’excellente idée de grimper sur le toit d’un immeuble dominant le Dragon Stadium mercredi soir pour la réception de Maritimo (1-0). Chansons, fumée, tout était là … sauf la proximité. Cela ressemblait presque à trois mois en arrière. Mais avec ce type d’initiative, les fans nous montrent que nous sommes sur la bonne voie.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici