Trouver des solutions adéquates pour atténuer les impacts de la fermeture du site – Le Sahel

0
71


Partager c’est aimer!

Le ministre d’État à la Présidence, M. Hassoumi Massoudou, a présidé hier matin, dans la salle de banquet du cabinet du Premier ministre, la 2e réunion du comité d’orientation dans le cadre du processus d’arrêt des activités d’exploitation de COMINAK et de réaménagement du site d’exploitation. Elle était en présence de membres du gouvernement, des autorités administratives et coutumières de la région d’Agadez en général et de celles d’Arlit en particulier, des responsables de COMINAK et des responsables du groupe ORANO au Niger.

Dans son discours à cette occasion, le ministre d’État à la présidence, M. Hassoumi Massoudou, a d’abord indiqué qu’après la cérémonie d’installation du comité par le Premier ministre, cette réunion est véritablement la première séance de travail du comité d’orientation dans le cadre de le processus d’arrêt des activités d’exploitation de COMINAK et de réaménagement du site d’exploitation. Il a rappelé que lors de la mise en place du Comité, le Premier ministre a exprimé la forte attente du gouvernement dans les travaux de ce Comité.

En effet, le ministre d’État à la présidence a souligné que la fermeture d’une mine est sans précédent dans notre pays. “Les fermetures de mines, en raison de la diversité des contextes environnementaux, industriels et socio-économiques dans lesquels elles opèrent, présentent de nombreux aspects pour lesquels il n’y a pas de modèles ailleurs qui doivent simplement être adaptés”, a-t-il déclaré. Selon lui, les défis sont encore plus grands, dans le cas de notre pays dont le secteur industriel sous-développé se caractérise par la prédominance du secteur minier. M. Hassoumi Massoudou a noté que les défis sont encore plus importants que les impacts et les effets induits de l’exploitation du gisement d’uranium de Cominak s’étendent sur une longue période de près de 50 ans.

Parlant des défis à relever lors de la fermeture du site d’exploitation de COMINAK, le ministre d’État à la Présidence a évoqué, entre autres, les défis environnementaux du fait que les mesures d’atténuation doivent être conformes à la réglementation en vigueur. forcer et réduire les effets des rejets à la ferme aux niveaux les plus bas possibles. Il y a aussi les défis sociaux et humains, les emplois directs créés par cette exploitation et les emplois indirects qu’elle a rendus possibles. De plus, l’accompagnement des salariés doit viser à leur meilleure réinsertion afin de mieux capter leurs grandes compétences. Ces enjeux concernent avant tout l’avenir des villes d’Akokan et d’Arlit, connaissant les impacts défavorables de la fermeture sur les revenus des entreprises, les revenus de leur personnel ainsi que les impacts défavorables de la fermeture sur les actions sociétales. Les mesures envisagées doivent viser à limiter fortement ces impacts négatifs. Le ministre d’État à la présidence a également fait savoir que les défis concernent également l’avenir de la SONICHAR et de la ville de Tchirozérine auxquels s’ajoutent des défis sécuritaires.

Hassoumi Massoudou a également précisé que, conformément aux missions du Comité, ses travaux devraient contribuer à faciliter la mise en œuvre de toutes les mesures envisagées dans le descriptif détaillé de l’avant-projet de réaménagement, dans le cadre d’un processus pacifique. , dans les délais et créer les conditions pour assurer la pérennité des résultats de réaménagement du site. Selon lui, l’économie et la stabilité de la région d’Agadez devraient être gravement affectées.

Notons que les travaux du Comité s’étaleront sur trois sessions et permettront au Comité de mener à bien ses travaux conformément aux tâches qui lui sont assignées, à savoir l’adoption du programme de travail du Comité; la revue du document de synthèse et d’analyse de l’avant-projet détaillé du projet de réaménagement du site COMINAK; examen des recommandations associées; l’examen des conséquences et des perspectives pour SONICHAR de l’arrêt d’exploitation de COMINAK; l’impact sur les finances publiques de l’arrêt d’exploitation de COMINAK; impacts et perspectives pour les populations et les communautés locales, et alternatives.

Laouali Souleymane (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici