Un environnement d’apprentissage idéal – Le Sahel

0
54


Partager c’est aimer!

Le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, M. Alkache Alhada, a présidé hier matin dans les locaux de l’École nationale de police et de formation permanente la cérémonie de réception d’un amphithéâtre de ladite école. Ce bijou qui contient toutes les commodités a été produit par le Projet de renforcement des capacités de la Police nationale du Niger (RECAP / GIZ) pour un coût total de 474 631 684 FCFA (Bâtiment et équipement).

Lors de la réception, le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses a rappelé que depuis plus d’une décennie, les États du Sahel en général et le Niger en particulier sont confrontés à une montée des nouvelles formes de délinquance, en particulier transnationales organisées. criminalité et terrorisme. Selon le ministre Alkache Alhada, pour apporter des réponses appropriées à ces nouveaux défis, “le gouvernement de la République du Niger a fait des questions de sécurité une priorité, en développant et en adoptant une stratégie nationale de sécurité intérieure depuis 2017”. Par ailleurs, a-t-il ajouté, conscient des enjeux sécuritaires et de la complexité de la lutte contre ces fléaux, “notre pays a fait la part belle à la coopération internationale, notamment avec l’Union européenne et les pays amis dont la République fédérale d’Allemagne”.

Appréciant cette relation entre nos deux pays, il a déclaré que la coopération qui lie notre pays et la République fédérale d’Allemagne depuis des décennies «dénote sans aucun doute sa vivacité, car elle cible des domaines clés, à savoir la démocratie et l’état de droit, ainsi que le renforcement des capacités professionnelles et opérationnelles de nos Forces de défense et de sécurité (FDS) ». “Ces zones constituent une constante des plus hautes autorités de la VIIe République, au premier rang desquelles SE Issoufou Mahamadou, président de la République et SE Brigi Rafini, Premier ministre, chef du gouvernement”, a-t-il déclaré. Ainsi, “mon département ministériel, n’a ménagé aucun effort pour dynamiser cette coopération à travers la mise en œuvre du projet de renforcement des capacités de la Police nationale du Niger, qui s’est exécuté en deux phases”, a-t-il rappelé. La première phase de 2013-2015 «a couvert les domaines de la sécurité des frontières, de la police technique et scientifique et de la gestion des ressources humaines. La deuxième phase de 2016-2018 a porté sur l’amélioration du système de formation initiale et continue, l’amélioration de la gestion des ressources humaines et le soutien à la sécurité des frontières “, a-t-il dit. Selon les explications du ministre Alkache Alhada, c’est pour permettre de mieux consolider les réalisations et finaliser toutes les activités prévues dans cette phase que le Projet a été renouvelé à nouveau pour six mois du 31 décembre au 30 juin 2019.

Pour sa part, l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Niger, SEM Hermann Niscolai a déclaré que la coopération entre nos deux pays affecte le développement socio-économique, en particulier dans des domaines tels que la sécurité alimentaire, à savoir l’agriculture, la santé, l’éducation et la décentralisation, précisant qu’il est une coopération orientée selon les besoins du Niger. Il a ajouté qu’au cours des dernières années, ces relations ont été encore renforcées grâce à un soutien dans le domaine de la sécurité, de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. À cette fin, il a indiqué que les deux pays ont identifié conjointement plusieurs domaines d’intervention en citant la sécurité des frontières et le renforcement de la bonne gouvernance au sein des Forces de défense et de sécurité. Ce que “nous venons d’inaugurer renforce la professionnalisation de la police nigérienne, qui entretient également de bonnes relations avec la population”, a-t-il déclaré. «L’Allemagne restera aux côtés du Niger dans tout ce qu’il faudra, que ce soit la sécurité alimentaire par l’agriculture, le soutien à la politique de décentralisation et la sécurité qui constituent aujourd’hui un grand défi à relever».

Mamane Abdoulaye (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici