Un espace de promotion de la culture et des valeurs africaines initié par Mamane ‘’Le Gondwanais’’ – Le Sahel

0
72


Partager c’est aimer!

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini a présidé, hier matin à Niamey, la cérémonie de la pose de la première pierre de la construction de l’Ecole de Comédie et des Arts de Niamey (ECA). Cet établissement d’enseignement supérieur a pour objectif de former, de perfectionner les artistes comédiens et de leur donner les techniques de création en matière de comédie, de cinéma, de théâtre, de danse, de musique d’une part et d’autre part la formation aux métiers de production et de valorisation du patrimoine culturel dans le domaine des arts, de spectacles du Niger et de la sous-région.

Ce centre qui sera construit à Saguia (plateau) dans la commune V de Niamey sur un espace de plus d’un ha comprendra entre autres des studios et salles de répétition, une cafétéria, un amphithéâtre de 735 places, un bloc administratif et des logements. Après la pose de la première pierre, le Chef du gouvernement a livré ses impressions. «Nous souhaitons le plus tôt possible réaliser ce projet qui est un rêve qui tient beaucoup à cœur Mamane qu’on appelle affectueusement le Gondwanais. Nous sommes pressés de voir émerger cette école parce que c’est véritablement une grande valeur ajoutée pour le Niger», a dit le Premier ministre.

Le Chef du gouvernement s’est réjoui de cette vision du promoteur de ECA, un fils du Niger connu à travers le monde entier qui a fait le choix de revenir investir chez lui. M. Brigi Rafini a aussi exprimé la volonté des autorités du Niger d’accompagner le promoteur pour que ce projet soit une réalité dans le plus bref délai, avant les deux ans prévus. «Nous sommes entièrement satisfait de cette initiative que nous saluons et nous allons l’accompagner au niveau du gouvernement. Il me semble que tous les citoyens peuvent contribuer à la réalisation de ce projet qui est tout à fait noble et salutaire pour notre peuple», a déclaré M. Brigi Rafini.

Auparavant, le ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale, M. Assoumana Malam Issa a indiqué que le  projet en plus d’être révolutionnaire est d’une grande importance pour notre pays. «Il est d’autant plus révolutionnaire que la représentation de notre pays dans les différents clubs de Comédie reste quasi inexistante», a-t-il estimé. Le ministre en charge de la Culture a assuré que cette initiative va renforcer le dispositif de formation aux métiers de la culture et faire ainsi de la culture un levier du développement. «Des Ecoles de Formation Artistiques et Culturelle (EFAC) ouvertes aux sortants du CM2, une Ecole Supérieure de la Mode Africaine (ESMA), l’Institut National des Arts et de la Culture (INAC) et l’Ecole de Comédie et des Arts de Niamey, voilà de quoi professionnaliser les métiers de la culture pour des prestations qui fassent vivre les artistes de leurs arts. De par son caractère Africain, l’ECA contribuera à faire du Niger la plaque tournante des arts africains», a-t-il expliqué.

Pour sa part, le gouverneur de la région de Niamey, M. Oudou Ambouka a dit que cet établissement vient renforcer la réalisation et la mise en œuvre de politiques et stratégies de la promotion du développement culturel contenus dans le programme de la renaissance du Président Issoufou Mahamadou. Il a estimé que le vœu du promoteur de cette école a trouvé écho auprès des plus hautes autorités du Niger. M. Oudou Ambouka a ajouté que la création de cette école fera de «notre pays une escale africaine voire mondiale pour la formation des jeunes comédiens et artistes des grande renommée».

De son côté, le promoteur du projet, Mamane le gondwanais, de son vrai nom, M. Mohamed Mouctari Moustapha a annoncé que cette école accueillera dans deux ans ses premiers étudiants qui viendront du Niger mais aussi des autres pays africains. Selon lui, l’humour est un métier qui s’apprend. «Je voudrais que mes petits frères nigériens et des autres pays qui viendront puissent vivre de cet art tout comme ceux de la France ou des USA mais cela n’est possible qu’avec une formation», a relevé le promoteur du projet. Il a dit qu’à travers cette formation l’étudiant apprendra entre autres l’écriture d’un sketch, d’un scénario, le déplacement sur scène, etc. Pour Mamane, c’est aussi une façon de donner à la jeunesse un horizon, de l’espoir et un avenir à travers l’humour et la culture.

M. Mohamed Mouctari Moustapha a précisé que l’humour c’est aussi une responsabilité qui ne peut s’exercer sans une solide formation accompagnée de la culture générale, la connaissance de son histoire mais aussi de la curiosité. «Il faut que les humoristes, les You tubeurs et influenceurs ne disent pas n’importe quoi. Les industries culturelles créatives sont un avenir, une opportunité de croissance économique pour l’Afrique. Nous voulons montrer que les humoristes peuvent aussi participer dans le développement de l’économie», a-t-il conclu.

Notons qu’au cours de cette cérémonie, le Premier ministre Brigi Rafini a, au nom du Président de la République élevé ce mardi 16 mars 2021, l’humoriste nigérien, M. Mohamed Mouctari Moustapha, connu sous le pseudonyme ‘’Mamane le Gondwanais’’, au grade de chevalier dans l’ordre National du Niger.

Mamane Abdoulaye (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici