un “investissement massif” pour soutenir les hôpitaux

0
62



Publié le: Modifié:

A l’occasion de l’ouverture du “Ségur de la santé”, le Premier ministre Édouard Philippe a assuré que l’État investirait “massivement” dans le secteur hospitalier, afin d’accompagner les hôpitaux “dans leurs efforts de désendettement”.

Le Premier ministre Édouard Philippe a donné le coup d’envoi du «Ségur de la santé» le lundi 25 mai, une grande consultation sur la refonte du secteur. Le chef du gouvernement a notamment assuré que l’Etat investirait “massivement” dans le secteur hospitalier, jugeant nécessaire “d’accélérer les projets” portés par les hôpitaux et de les accompagner “dans leurs efforts de désendettement”.

“Nous allons donc lancer un vaste plan d’aide à l’investissement qui viendra compléter ce recouvrement massif de dettes”, a-t-il poursuivi.

Dans le cadre du dernier “plan hospitalier”, “nous avons annoncé le recouvrement d’un tiers de la dette des hôpitaux publics, soit 10 milliards d’euros, ainsi que le lancement d’un plan d’aide à l’investissement de près de 150 millions d’euros par an”, dit Edouard Philippe. “Nous devons aller plus loin.”

>> Lire aussi – Un «Ségur de la santé» pour repenser l’hôpital français post-Covid

“Accompagner les hôpitaux dans leurs démarches de désendettement”

Face à quelque 300 participants réunis lundi par visioconférence pour le lancement du «Ségur de la santé», Édouard Philippe n’a pas précisé le niveau auquel l’État souhaite porter les investissements. En revanche, il a jugé nécessaire de les “rediriger”.

“Une partie de ce programme doit être consacrée à des investissements au niveau régional, pour accélérer la coopération entre la ville, l’hôpital, le médico-social et entre le public et le privé”, a déclaré le Premier ministre.

L’objectif n’est “certainement pas” de “se lancer dans une course effrénée à la construction de nouveaux bâtiments, comme cela a été le cas par le passé”, mais “d’accélérer les projets” et de “soutenir les hôpitaux dans leurs efforts de désendettement”, a-t-il dit.

La dette des hôpitaux publics français atteint aujourd’hui près de 30 milliards d’euros. Dans le cadre du «plan hospitalier» décidé à l’automne 2019, le gouvernement avait annoncé un recouvrement de créances d’environ 10 milliards d’euros sur trois ans.

Lors du Conseil des ministres mercredi dernier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait évoqué, pour sa part, un “effort de 13 milliards d’euros”, sans préciser sur quoi ce chiffre se chevauchait.

Avec AFP



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici