Un projet d’accord entre l’UMOA et la France, brandi comme la fin du franc CFA! – L’innovation au service de l’information pour mieux informer.

0
267


Ce projet d’accord est une mise en scène politique pour nous divertir. L’accord qui circule actuellement sur les réseaux sociaux, devrait être signé par l’UEMOA et non par l’UEMOA, s’il consacre la mise en œuvre de l’ECO de transition, qui doit converger vers l’ECO d’origine sauvant la CEDEAO.

L’UEMOA est responsable de la politique d’intégration économique et monétaire depuis 1994, date de sa création. La BCEAO, la commission bancaire, le comité en charge de la politique monétaire de l’UEMOA, sont des institutions qui doivent coordonner leurs actions au sein de l’UEMOA.
En tant que principe général du droit international et des finances publiques, le conseil d’experts doit d’abord donner un avis technique au conseil des ministres de l’UEMOA, qui doit se prononcer, puis soumettre sa proposition à la conférence des chefs d’Etats de l’Afrique de l’Ouest et de l’Union monétaire, l’UEMOA qui décide en dernier ressort, la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, l’UEMOA, informe finalement le public par un communiqué de presse officiel du président de ladite commission.

L’UEMOA et la CEDEAO sont parties prenantes de la création de la monnaie unique africaine unique, l’ECO, en juin 2019.

La France signe un accord avec l’UMOA et souhaite qu’elle engage l’UEMOA, un organisme sous-régional chargé de l’intégration économique et monétaire qui a déjà participé à la création de la monnaie ECO CEDEAO.
Nous sommes dans quelle procédure, dans quelle logique?

La CEDEAO et l’UEMOA doivent se ressaisir, prendre en main leur destin commun.

La France doit respecter les pays africains, le monde a changé, l’Afrique a aujourd’hui de grands économistes patriotiques qui comprennent vite les choses.

Ce projet d’accord n’a rien à voir avec la décision prise à Abuja, en juin 2019, d’établir une monnaie commune africaine unique, l’OCE, par les quinze pays membres de la CEDEAO.

Les pays, locomotives économiques de l’Afrique de l’Ouest, du Nigeria et du Ghana, qui ont une grande expérience de la gestion monétaire, doivent se ressaisir, pour ne pas laisser mourir le “bébé” dont ils ont donné naissance, la monnaie ECO au profit des sordides étrangers intérêts.

La CEDEAO doit se réveiller, rester unie, droite, digne, unie, courageuse et progresser avec son noble projet salutaire de CEDEAO des peuples.

Par Issoufou BOUBACAR KADO MAGAGI. (Contribution Web)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici