une juge américaine autorise l’extradition de deux complices présumés

0
70



Publié le : Modifié le :

Une juge du district de Boston a refusé, jeudi, de valider une requête visant à empêcher l’extradition de deux hommes suspectés d’avoir aidé Carlos Ghosn, ex-patron de Renault-Nissan, à fuir le Japon fin décembre 2019, alors qu’il était en attente de son procès pour malversations financières.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Carlos Ghosn. Deux hommes suspectés d’avoir contribué à organiser la fuite de l’ancien président du constructeur automobile Nissan vont être extradés vers le Japon. Indira Talwani, une juge américaine du district de Boston, a rejeté, jeudi 28 janvier, une requête de dernière minute visant à empêcher leur extradition.

Sa décision ouvre la voie au transfert au Japon de Michael Taylor, ancien membre des forces spéciales américaines, et de son fils Peter Taylor, alors que le département d’État américain avait au préalable autorisé leur extradition.

Les avocats des deux hommes ont déclaré par le passé que leurs clients ne pouvaient pas être traduits devant la justice japonaise pour avoir aidé quelqu’un à “se dérober” et qu’ils risquaient, en cas d’extradition, de subir des interrogatoires sans fin et d’être victimes de torture.

Dans un document transmis à la cour, Carlos Ghosn a cherché à donner de l’épaisseur à cet argumentaire, disant avoir été victime au Japon d’une détention prolongée, de torture mentale et d’intimidation, ajoutant que les Taylor subiraient des “conditions similaires ou pires”.

>> À lire : Une enquête en cours sur la domiciliation fiscale de Carlos Ghosn aux Pays-Bas

“Infraction passible d’extradition”

Mais la juge Indira Talwani a estimé que, si “les conditions de détention au Japon pouvaient être déplorables”, cela n’était pas suffisant pour empêcher l’extradition des deux suspects et que les autorités avaient prouvé que leurs actions présumées constituaient une “infraction passible d’extradition”.

Les avocats des Taylor ont rapidement fait appel de la décision.

Nissan n’a pas souhaité commenter la décision, ni Carlos Ghosn et ou l’ambassade du Japon à Washington.

Michael et Peter Taylor, résidents du Massachusetts, ont été arrêtés en mai dernier à la demande du Japon. La juge Indira Talwani avait mis la procédure en suspens en octobre afin de permettre l’examen d’une requête déposée contre la décision du département d’État américain.

L’ancien “béret vert” et son fils sont accusés d’avoir contribué à la fuite rocambolesque, en décembre 2019, de Carlos Ghosn alors que celui-ci était assigné à résidence à Tokyo dans l’attente de son procès pour malversations financières.

Avec Reuters



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici