Une Ligue1 avec 22 clubs est-elle sérieuse?

0
99



Du 19 au 28 jour, le club d’Amiens a été officiellement relégué en deuxième division, avec le TFC, dès l’arrêt des championnats de France. Selon Bernard Joannin, le président de l’ASC, c’est une injustice totale, son équipe n’avait que 4 points de retard sur le 18e Nîmes et il restait 30 points à jouer jusqu’à la fin de la saison. “Il y avait une vraie chance de s’enfuir.”

Face à cette décision “partiale et injuste”, Joannin a donc lancé une pétition, appelant la LFP à prendre des mesures exceptionnelles et à instaurer la création d’une Ligue 1 pour 22 clubs. Cela permettrait à la fois d’assurer la montée justifiée et légitime de Lens et Lorient mais aussi de sauver les deux derniers Toulouse et Amiens.

En activant cette augmentation du championnat, nous sauverions des équipes en danger économique et sportif et nous assurerions l’esprit sportif. Seulement, une première division à 22 ans, est-elle viable et tangible?

Peu soutiennent cette idée

Comme le disait Laurent Nicollin, président du Montpellier HSC, sur les antennes de la chaîne L’Equipe, “jusqu’à il y a quelques mois, tout le monde se battait pour une ligue 1 à 18 voire 16, se félicitait du retrait de la Coupe de la Ligue , a déclaré que cela améliorerait la compétitivité du football français, notamment en Europe, en jouant moins de matchs. Et maintenant, nous aimerions en ajouter plus? “

Parce qu’en effet, une ligue de 1 à 22 clubs, c’est 4 matchs supplémentaires par équipe, c’est 42 jours au lieu de 38 actuellement, c’est une densité sportive accrue, c’est plus de matchs répartis dans le temps. C’est sûr que tout le monde l’accepte.

Au premier rang desquels se trouve l’UNFP, le syndicat des joueurs, qui pourrait avoir une vision très sombre de la perspective de jouer plus de matchs, augmentant le risque de blessures et de fatigue. Le syndicat s’inquiétait déjà d’une reprise accélérée en fin de saison, avec des matchs tous les 3 jours, une ligue 1 avec 42 jours, on ne dit pas qu’ils sont d’accord.

Coût économique

Mais les clubs aussi pourraient s’y opposer totalement, pour des raisons économiques cette fois. Les droits TV augmenteront de 400 millions d’euros l’an prochain à 1,153 milliard d’euros. Et, en mars dernier, le conseil d’administration de la LFP a décidé de partager cette somme supplémentaire à parts égales entre tous les participants.

Autrement dit, avec 20 clubs, en plus de sa dotation initiale calculée sur les 768 millions d’euros actuels de droits de diffusion, chacun recevrait un chèque de 20 millions d’euros. Que vous terminiez 1er ou dernier, ce sera 20 millions d’euros de plus pour tout le monde. Sauf qu’à 22 ans, les règles changent et le chèque tombe à 18 millions d’euros, 2 millions de moins pour chaque participant.

Pour le PSG ou Lyon, ce n’est pas beaucoup, mais pour des équipes comme Nîmes, Brest ou Angers, c’est presque 10% de leur budget.

Sur ce point économique, certains rétorqueront que malgré tout, une ligue 1 à 22 permettrait d’organiser 2 matchs supplémentaires à domicile et donc de recevoir plus de recettes au box-office. Cependant, si nous suivons les décisions du gouvernement britannique et de World Rugby, tant qu’aucun vaccin ou remède contre le coronavirus n’est trouvé, tous les matches de la saison 2020-2021 se dérouleront à huis clos. Donc pas de supporters, pas de spectateurs, pas de public, pas de recettes au box-office. Mais des coûts d’organisation supplémentaires liés aux deux jeux ont été ajoutés.

Les pertes pourraient donc être plus importantes que les gains attendus d’une ligue 1 à 22. C’est donc peut-être une très mauvaise idée et elle ne devrait probablement pas voir le jour.





Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici