Une mobilisation globale pour lutter contre la criminalité financière – Le Sahel

0
116


Partager c’est aimer!

Le Ministre du Budget, M. Ahmat Jidoud, a présidé hier par visioconférence la cérémonie d’ouverture de la 33e réunion plénière de la Commission technique du GIABA.

Dans son discours, il a d’abord rappelé que l’année 2020 est marquée par une crise profonde provoquée par la pandémie COVID-19 qui a secoué nos économies. A cet égard, il a mentionné que, selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI) pour le mois d’avril, le produit intérieur brut en termes réels de la CEDEAO devrait se contracter de 1,6%, contre un taux de croissance de 3, 1% en 2019. Pour contenir cette pandémie, les États ont mis en œuvre des programmes d’urgence comprenant des mesures préventives, telles que la fermeture des frontières, ainsi que la suspension des réunions nationales et internationales. Ces mesures nécessaires, a-t-il dit, ont empêché l’organisation des sessions des organes du GIABA qui devraient se tenir à Niamey au cours du mois de mai 2020.

Le Ministre du Budget a noté que le Secrétariat du GIABA, soucieux de poursuivre résolument la mission qui lui a été confiée par les autorités de l’espace CEDEAO, a pris l’initiative d’exploiter les opportunités offertes par les technologies de l’information. et Communication, en organisant des rencontres virtuelles. Selon lui, ces réunions permettent au secrétariat du GIABA de suivre de près les activités de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme dans les Etats membres.

Ahmat Jidoud a rappelé que la lutte contre la criminalité financière est l’une des préoccupations premières et permanentes de la communauté internationale, en raison de l’impact négatif de ce phénomène sur la stabilité macroéconomique, en particulier sur l’intégrité et la stabilité des institutions. financières ainsi que sur la bonne gouvernance. Il devait ajouter que l’ingéniosité de ces criminels financiers exige une vigilance toujours plus grande pour les empêcher de profiter du contexte de la pandémie COVID-19 pour inventer de nouvelles méthodes de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Par ailleurs, il a indiqué que le Niger a décidé d’inscrire son Mécanisme National de Lutte contre le Blanchiment d’Argent et le Financement du Terrorisme dans une dynamique d’amélioration continue, notamment à travers la mise en œuvre de réformes permettant l’adaptation en tenant compte des nouvelles techniques et tendances dans le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme résultant de la recherche régionale et internationale. Le Ministre Délégué au Budget a informé l’auditoire de l’entrée de notre pays dans le processus du second tour d’évaluation mutuelle des Etats membres dont la visite s’est déroulée du 13 au 29 janvier 2020. Il a également confié que le gouvernement accorde une attention particulière à cet exercice, qui a abouti à l’adoption cette année d’une série de réformes visant à renforcer le Système National, à travers des textes qui, pour certains, comblent des lacunes juridiques et, pour d’autres, consolident les prérogatives de la CENTIF et du Comité National pour la Coordination des actions relatives à la lutte contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et la prolifération des armes de destruction massive (CNCA-LB / FT). “Dans ce contexte de menace terroriste permanente, je ne peux terminer mes propos sans souligner l’importance de la coopération entre nos États membres dans notre lutte commune contre la criminalité financière, devenue transfrontalière”, a déclaré le ministre du Budget avant de notifier que cela implique nécessairement de mutualiser les efforts des États membres et d’intensifier l’échange d’informations au niveau communautaire.

Par Laouali Souleymane (onep)



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici