Vidéoconférence du Comité ministériel de coordination des transports, de la logistique et du commerce de la CEDEAO: le ministre Mahamadou Karidio demande l’ouverture rapide des frontières conformément aux directives de la CEDEAO

0
78


Partager c’est aimer!

Le ministre des Transports, M. Mahamadou Karidio, a participé par visioconférence, les 12 et 16 juin 2020, à la réunion du Comité ministériel de la CEDEAO pour la coordination des transports et du commerce. Il était accompagné d’Elhadj Ahmed Ayaha, directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC-Niger). Cette importante réunion a répondu aux directives de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO sur la situation et l’impact de la pandémie COVID-19, qui s’est tenue en session extraordinaire et par vidéoconférence, le 23 avril 2020, les chefs d’État et Le gouvernement a décidé, lors de ce sommet virtuel extraordinaire, de coordonner leurs efforts afin de stopper la propagation de la pandémie et de faciliter la libre circulation des biens et des personnes dans l’espace CEDEAO. . Pour assurer une coordination de haut niveau de tous les efforts régionaux pour mettre fin à la pandémie, le sommet a mandaté SE Muhammadu Buhari, président de la République fédérale du Nigéria, en tant que président Champion pour coordonner la réponse à Covid-19 et son processus d’éradication.

La réunion du Comité ministériel de la CEDEAO pour la coordination des transports et du commerce a réuni des ministres en charge des transports et du commerce ou leurs représentants, ainsi que des ministres en charge des affaires étrangères et de l’intégration régionale du Bénin, du Burkina Faso, du Cap-Vert, de la Côte d’Ivoire , Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Nigéria, Sierra Leone, Sénégal, Togo et de notre pays, le Niger. Il convient également de noter que le président de la Commission de la CEDEAO, S.E. Jean-Claude Kassi Brou, commissaire aux infrastructures pour

La CEDEAO, M. Pathé Gueye, le Commissaire chargé du commerce, des douanes et de la libre circulation de la CEDEAO, M. Konzi TEI, et le Directeur général de l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS), le Pr Stanley Okolo, ont également participé à la réunion. Le commissaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), responsable de l’aménagement du territoire et des transports communautaires, Paul Koffi Koffi, était également présent.

Il appartenait aux membres du Comité ministériel de discuter et de convenir d’une réponse régionale bien coordonnée en direction de l’ouverture de couloirs de transport et de commerce transfrontaliers pour la circulation immédiate des fournitures et équipements médicaux humanitaires, des biens essentiels et des personnes dans la lutte. contre la pandémie dans la région et l’ouverture progressive et coordonnée des frontières terrestres, aériennes et maritimes afin de soutenir le processus de relance des activités économiques transfrontalières.

Le ministre des Transports, M. Mahamadou KARIDIO, après avoir décliné les mesures d’économie prises par le gouvernement du Niger, dans le cadre de la lutte contre Covid-19, a dressé, dans son intervention, un tableau très inquiétant de la situation des entreprises impactées dans le secteur des transports par la pandémie de Covid-19. «En fait, plusieurs investissements structurants, réformes et projets majeurs ont été arrêtés. Les revenus des entreprises ont été affectés. Concernant le transport aérien, nous avons observé une baisse drastique des revenus de plusieurs acteurs (ANAC-Niger, AANN, SUMMA Airport, NSH, compagnies aériennes…).

«En ce qui concerne le transport routier, la situation est également très préoccupante. Nous avons des menaces de licencier du personnel. Au risque de se retrouver avec des milliers de chefs de famille au chômage et dans la rue et des sociétés complètement sur le terrain, nous devons agir concrètement »a déclaré M. KARIDIO. Le ministre des Transports a donc plaidé pour l’urgence d’ouvrir les frontières, autant aériennes que terrestres et maritimes, dans les meilleurs délais, tout en essayant de respecter les mesures sanitaires décrétées, de part et d’autre, et cela “pour permettre à nos économies de se relancer et permettre à notre peuple de survivre à cette pandémie. “

Il convient de rappeler que cette réunion était coprésidée par Son Excellence Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO et par l’Honorable Ministre de l’Aviation de la République Fédérale du Nigéria, le Sénateur Hadi Sirika. Les deux personnalités, dans leurs discours, ont salué et réaffirmé la décision de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO d’adopter une approche régionale dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Ils ont souligné la nécessité pour les États membres de la CEDEAO et les institutions régionales de convenir d’une réponse régionale bien coordonnée pour faciliter la circulation des biens, biens et personnes humanitaires / essentiels, et de définir des mesures pour relancer le commerce régional et les chaînes d’approvisionnement entre les États membres de la CEDEAO .

Au cours des travaux, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) a fait un exposé sur la situation épidémiologique de Covid-19 au niveau régional. L’organisation sous-régionale de la santé a souligné en particulier la nécessité d’identifier et de sélectionner les points d’entrée et de sortie aux frontières; renforcer le système et les infrastructures de surveillance épidémiologique et de surveillance à ces frontières, assurer une bonne collaboration entre les instituts nationaux de santé publique des États membres et assurer la communication et le partage d’informations solides entre les États membres.

Le président de la réunion du comité d’experts, le capitaine Musa Nuhu, directeur général de l’Autorité de l’aviation civile de la République fédérale du Nigéria, a présenté le rapport de la réunion d’experts. Ce rapport fait le point sur l’impact de Covid-19 sur les transports régionaux, le commerce et la libre circulation; sur le statut des frontières terrestres et des ports (maritimes et aériens) ainsi que sur les questions à prendre en compte pour la circulation des biens humanitaires, les flux commerciaux, les chaînes d’approvisionnement essentielles et les mouvements de travailleurs …

Aguelasse Respcom / MT



Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici